Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 18 mai 2021

Quatre vérités sur l’inflation et la Fed

Boussole hebdomadaire des marchés : La semaine dernière, les investisseurs ont frémi lorsque les données ont montré une forte hausse des prix aux États-Unis et une hausse des prix plus forte que prévu dans la zone euro. Les cours boursiers ont chuté, les taux des bons du Trésor américain ont grimpé et les oracles de la finance ont été obsédés par l’inflation. Je crois qu’il est important à ce stade-ci de rappeler aux investisseurs quelques vérités concernant l’inflation et la Réserve fédérale américaine (Fed).

1. La Fed n’a pas le doigt sur la gâchette

Même si la Fed réagit négativement à un point de données, ou se dit étonnée par une ou plusieurs données, elle ne resserrera pas nécessairement sa politique monétaire à sa prochaine réunion. Certains investisseurs ont été surpris par les commentaires du vice-président du conseil de la Fed, Richard Clarida, la semaine dernière, qui s’est dit surpris par certains points de données récents tels que l’indice des prix à la consommation, qui était beaucoup plus élevé que prévu. Cependant, il s’est empressé de rassurer les investisseurs : « Honnêtement, force est d’admettre qu’il y a pas mal de bruit en ce moment; la prudence est de mise et il faudra rassembler plus de preuves avant d’agir… »1 N’oubliez pas que le nouveau slogan de la Fed est « patiemment accommodante ». Autrement dit, la Fed va se montrer plus accommodante que moins et va probablement délibérer longuement avant de procéder à un resserrement.

2. La Fed anticipe une poussée inflationniste lors de la réouverture de l’économie

Lors d’une conférence virtuelle organisée par le Wall Street Journal au début de mars, le président du conseil de la Fed, Jay Powell, a expliqué ceci : « Nous nous attendons à ce que lorsque l’économie rouvrira et reprendra, du moins nous l’espérons, l’inflation augmente par le biais des effets de base. Cela pourrait exercer des pressions à la hausse sur les prix. »2 À maintes reprises, M. Powell et les autres dirigeants de la Fed nous ont prévenus qu’il faudra s’attendre à une poussée inflationniste lors de la réouverture de l’économie américaine. La Fed est prête et accepte cette hausse de l’inflation.

3. Nous ne saurons pas de sitôt si cette hausse de l’inflation sera temporaire ou durable

Une hausse temporaire de l’inflation découle, du moins en partie, d’effets de base; autrement dit, les comparaisons avec il y a un an semblent faussées en raison de la mauvaise posture de l’économie au printemps dernier, lorsque la pandémie a éclaté. De plus, il y a, à l’heure actuelle, un déséquilibre entre l’offre et la demande qui pourrait faire grimper les prix; on n’a qu’à penser aux problèmes de chaînes d’approvisionnement dans certains secteurs d’activité et à la demande refoulée qui se libère à mesure que les économies rouvrent. Cependant, ces enjeux sont de nature à générer de l’inflation temporaire. Après tout, combien de voyages en avion pouvez-vous faire et combien de coupes de cheveux allez-vous vous faire faire une fois que l’économie sera rouverte? D’ailleurs, la loi de l’utilité marginale décroissante montre qu’à un certain point, le degré de satisfaction diminue avec chaque voyage en avion ou coupe de cheveux additionnel.

Par contre, certains facteurs peuvent entraîner une inflation plus durable. Habituellement, les augmentations de salaires peuvent conduire à une inflation « plus persistante ». Nous n’avons pas encore observé une augmentation significative du salaire horaire moyen aux États-Unis, et il semble peu probable que cela se produise rapidement, étant donné que ce ne sont pas les candidats qui manquent.

Les tenants de la théorie monétariste soutiendraient la thèse voulant que tout se résume à la masse monétaire, car une augmentation significative de la masse monétaire peut stimuler une inflation persistante. Justement, nous venons d’assister à une augmentation considérable de la masse monétaire. Or, un autre ingrédient clé doit habituellement être présent, à savoir une accélération de la vitesse de circulation de la monnaie, ce que nous n’avons pas encore observé. Selon la théorie quantitative de la monnaie, l’inflation n’est pas seulement fonction de la masse monétaire, mais aussi de la vitesse de circulation de la monnaie. Comme l’explique la Réserve fédérale de St. Louis dans une brève note de recherche : « Si, pour une raison quelconque, la vitesse de circulation de la monnaie diminue rapidement pendant une période de politique monétaire expansionniste, cela peut annuler l’effet de l’augmentation de la masse monétaire et même conduire à la déflation au lieu de l’inflation. »3 Mais, même si l’augmentation de la masse monétaire est suffisante pour alimenter une inflation persistante, l’effet ne se fait pas sentir immédiatement, on le ressent généralement entre 18 et 24 mois plus tard, ce qui suppose qu’on n’en verra peut-être pas les effets avant la fin de 2021 ou le début de 2022.

4. La politique de ciblage de l’inflation de la Fed constitue un changement de paradigme

La Fed a vécu plusieurs changements de paradigme au fil des dernières décennies, lesquels ont été transformationnels. Je suis assez vieille pour me souvenir quand la Fed ne croyait pas à une communication régulière avec le public, quand la taille de la mallette du président du conseil de la Fed de l’époque, Alan Greenspan, était le meilleur indicateur de la décision de la Fed sur les taux à la prochaine réunion du Federal Open Market Committee (FOMC). Aujourd’hui, comme on sait, la Fed est extrêmement transparente et elle fait de gros efforts pour faire connaître ses opinions et ses intentions avant de passer à l’action. De même, la Fed avait une politique de ciblage de l’inflation très différente avant l’été dernier. Sa politique actuelle, appelée « Average Inflation Targeting » (AIT), qui se traduit par ciblage du taux d’inflation moyen, signifie que la Fed s’est donné comme objectif de pousser l’inflation durablement au-dessus de 2 % et que le pays atteigne le plein emploi avant d’envisager un resserrement. Autrement dit, cette nouvelle politique permet à la Fed de se montrer beaucoup plus flexible et de tolérer essentiellement la surchauffe de l’économie. On est LOIN de la Fed d’autrefois, qui croyait que son rôle était de retirer le bol à punch dès que la fête commençait. La Fed d’aujourd’hui pourrait laisser le bol à punch sorti jusqu’aux petites heures du matin, même si les fêtards se saoulent.

Qu’est-ce que cela signifie pour les investisseurs?

Cela soulève la question suivante : De quoi les investisseurs ont-ils peur? Ont-ils peur de l’inflation ou du resserrement de la politique de la Fed en réaction à l’inflation? J’ai l’impression qu’ils craignent beaucoup plus le resserrement que l’inflation en tant que telle. Cela expliquerait pourquoi la réaction négative de la semaine dernière aux signes d’inflation a été de très courte durée et a pris fin dès que les responsables de la Fed les ont rassurés. À mon avis, les investisseurs devraient peut-être se préoccuper davantage de l’inflation, surtout si la Fed reste « derrière la courbe » et ne parvient pas à freiner facilement l’inflation à ce moment-là. Je tiens à souligner que c’est loin de mon scénario de référence, mais c’est un risque qui doit être pris en considération car l’inflation peut avoir un impact négatif sur certaines catégories d’actifs. Si la hausse du taux d’inflation persiste, les investisseurs pourraient bénéficier d’une exposition aux produits de base, aux actions cycliques, aux titres protégés contre l’inflation, aux actifs des marchés émergents et même aux actions productives de dividendes dans un portefeuille diversifié. La semaine qui vient pourrait être plus volatile, car les investisseurs attendent avec impatience le procès-verbal de la réunion du FOMC, qui pourrait donner une meilleure idée de l’orientation de la Fed en matière d’inflation et de resserrement de la politique monétaire.

1 Source : The Wall Street Journal, « Fed’s Clarida ‘Surprised’ by Inflation Report, But Stresses Need to See More Data », 12 mai 2021

2 Source : CNBC, « Fed Chairman Powell says economic reopening could cause inflation to pick up temporarily », 4 mars 2021

3 Source : Réserve fédérale de St. Louis, « What Does Money Velocity Tell Us about Low Inflation in the U.S.? », 1er septembre 2014

Autres blogues de Kristina Hooper

Quand le pessimisme devient-il exagéré?
26 octobre 2021

Comprendre les anticipations d’inflation et pourquoi elles importent
19 octobre 2021

Dans quelle mesure les problèmes de chaînes d’approvisionnement vont-ils nuire aux bénéfices des sociétés?
12 octobre 2021

Après un mois horrible pour les actions, que nous réserve le mois d’octobre?
5 octobre 2021

Quelle sera la prochaine étape dans le dossier Evergrande?
29 septembre 2021

À surveiller cette semaine : le FOMC de la Réserve fédérale américaine et Evergrande
21 septembre 2021

Les marchés cherchent un point d’appui pour escalader le « mur d’inquiétudes »
14 septembre 2021

Destinés à un ralentissement économique? Je dis que l’économie peut affronter la tempête.
8 septembre 2021

M. Powell rassure les marchés en disant que la Fed ne précipitera pas les hausses de taux
31 août 2021

Vu que les cas de COVID augmentent, le président du conseil de la Fed va-t-il aborder le retrait graduel des achats d’actifs?
24 août 2021

La préfiguration de la Fed pourrait aider à éviter un autre « taper tantrum »
17 août 2021

Ce que les commentaires de la Réserve fédérale américaine sur la hausse des taux peuvent signifier pour la reprise économique et les investisseurs
10 août 2021

Coup d’œil sur le repli des valeurs technologiques chinoises
4 août 2021

Le moment est venu de se préparer au prochain repli
27 juillet 2021

La réouverture de l’économie américaine entraîne des pressions inflationnistes et la COVID-19 nuit aux marchés
20 juillet 2021

Perspectives de mi-année : Accélération économique et inflation temporaire en perspective
14 juillet 2021

Pourquoi les taux des bons du Trésor américain sont-ils aussi bas?
13 juillet 2021

Les marchés sont aux aguets alors que les variants altèrent le paysage de la COVID
7 juillet 2021

Les marchés hésitent alors que la Fed signale des hausses de taux plus rapides
22 juin 2021

Pourquoi les investisseurs ont-ils fait fi des plus récents taux d’inflation américains?
15 juin 2021

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA5084

Image d’en-tête du blogue : Camrocker / Getty

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir des exemplaires auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

L'indice des prix à la consommation (IPC) mesure la variation des prix à la consommation et est compilé par le US Bureau of Labor Statistics.

La diversification ne garantit pas un profit et n’élimine pas le risque de perte.