Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Brian Levitt | 13 mars 2020

Que doit-on comprendre des marchés boursiers qui entrent en territoire baissier

Les investisseurs qui ont un horizon de placement de 50 ans n’ont rien à craindre si l’on se fie à l’histoire, car il y a eu 14 marchés baissiers au cours des 50 dernières années.1 Cela équivaut à un marché baissier tous les 3,57 ans.2 L’histoire nous révèle également que pendant ces marchés baissiers, les investisseurs devraient s’attendre à ce que leur portefeuille d’actions perde en moyenne 32 % de sa valeur (la perte médiane se chiffrant à 28,8 %).3 C’est presque suffisant pour que les investisseurs se demandent pourquoi investir sur les marchés boursiers. Or, les actions, représentées par l’indice S&P 500, ont affiché un rendement annuel moyen de 10,5 % au cours des 50 dernières années.4 Cela signifie que la valeur de leur placement a doublé en moyenne tous les 6,9 ans, malgré tous les marchés baissiers.5

L’entrée de l’indice S&P 500 en territoire baissier (défini comme une chute de 20 % par rapport à un récent sommet du marché) mercredi a fait couler beaucoup d’encre. C’était la première fois en 11 ans que cela se produisait sur les marchés boursiers américains. Beaucoup se sont empressés de déclarer que : « le plus long cycle de marché de l’histoire est terminé ». C’est peut-être vrai techniquement, mais c’est aussi jouer sur les mots. Même ce cycle record a connu des replis marqués. On a enregistré des baisses de près de 20 % en 2011 (pendant la crise de la dette européenne et la baisse de la notation de la dette publique américaine) et en 2018 (en réaction à la guerre commerciale sino-américaine et aux hausses des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine). On ne peut pas faire comme si cela ne s’était jamais produit. Même le repli boursier de 15 % survenu en 2016 (en réaction à la dévaluation de la devise chinoise et à la hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine) a été particulièrement pénible à l’époque. Néanmoins, le marché boursier américain est en hausse de près de 350 % par rapport à mars 2009 (en date du 11 mars 2020).6

C’est peut-être une maigre consolation pour les investisseurs et les professionnels de la finance qui sont confrontés aux incertitudes de l’épidémie de coronavirus et qui peinent à évaluer l’ampleur des pertes potentielles d’activité économique et de bénéfices des entreprises dans les prochaines semaines. Sincèrement, nous sommes tous dans le même bateau. En pareilles circonstances, nous avons tendance à nous concentrer sur ce que nous voulons maintenant, au lieu de ce que nous voulons le plus. Ce que bon nombre d’entre nous veulent en ce moment, c’est la sécurité de nos proches et de nos portefeuilles de placement. Or, ce que nous voulons par-dessus tout, c’est la sécurité financière à long terme. Nous savons que les actions, plus que toute autre catégorie d’actif, ont toujours eu le plus grand pouvoir multiplicateur. C’est là notre grand dilemme.

Bien se synchroniser avec le marché est quasiment impossible

Il est important de se reporter aux faits historiques pour ne pas se laisser influencer par nos émotions. Aujourd’hui, la plupart des investisseurs ont déjà entendu parler des recherches qui démontrent que rater les 10 meilleurs jours de bourse sur une période de 20 ans réduirait de moitié leurs rendements et rater les 30 meilleurs jours de bourse produirait un rendement cumulatif négatif à long terme.7 Hélas, la plupart des sociétés qui font état de ces recherches omettent de communiquent les plus grandes leçons à tirer de ces recherches : 1) au moins la moitié des meilleurs jours de bourse sont survenus pendant un marché baissier; et 2) 30 % des meilleurs jours de bourse sont survenus au cours des deux premiers mois d’une reprise.8 Bref, se synchroniser avec le marché est souvent peine perdue, surtout pendant les périodes de pessimisme extrême.

Pour conclure, j’aimerais (pour la deuxième fois cette semaine) rappeler aux investisseurs que pendant la période de 20 ans allant de 1998 à 2018, nous avons vécu l’effondrement des valeurs technologiques, les attentats terroristes du 11 septembre, une crise financière mondiale, la crise de la dette européenne, le Brexit et de nombreux épisodes de maladies infectieuses (H1N1, SRAS, Ebola et SRMO), pourtant l’indice S&P 500 a continué de grimper de 7 % par année.9 Un placement boursier de 100 000 $ effectué en 1998 vaudrait aujourd’hui plus de 400 000 $.10

ous passerons à travers cette crise en appliquant les mêmes principes de base qu’au cours de chacune des autres crises et marchés baissiers et en continuant d’investir sur un horizon de plusieurs années : pensez à long terme et conservez vos placements.

Autres blogues de Brian Levitt

Nous répondons à vos questions sur l’emploi et la dette
5 juin 2020

Vidéo : Les marchés doivent-ils toucher à nouveau les creux atteints précédemment?
7 mai 2020

Vidéo : Que penser de la reprise des marchés dans un contexte économique difficile?
30 avril 2020

Vidéo : Réponses aux questions au sujet des marchés volatils actuels
22 avril 2020

Se ruer vers les liquidités : Est-ce la chose à faire en ce moment?
17 avril 2020

Vidéo : Des signes prometteurs au cœur de la volatilité
16 avril 2020

Vidéo: La voie vers la reprise devrait être cahoteuse
9 avril 2020

Un nouveau tableau de bord à considérer pour détecter les signes qu’un nouveau cycle de marché s’amorce
30 mars 2020

Des leçons de Rocky Balboa pour savoir comment gérer la volatilité des marchés
23 mars 2020

Réponses aux questions concernant les récentes perturbations des marchés
14 mars 2020

Que doit-on comprendre des marchés boursiers qui entrent en territoire baissier
13 mars 2020

Le coronavirus perturbe nos perspectives pour l’année 2020. Mais peut-être pas pour longtemps.
3 mars 2020

Quelle incidence la mort de Qassim Suleimani aura-t-elle sur les marchés?
7 janvier 2020

La tourmente présidentielle n’a pas provoqué un repli boursier prolongé
10 octobre 2019

Il est temps de troquer l’incertitude contre la stabilité
30 août 2019

Les marchés financiers ne sont pas des mammouths laineux : Fuir la peur pourrait nuire au rendement
24 juillet 2019

Le cycle économique américain fracasse un record. Qu’est-ce que l’avenir nous réserve?
5 juillet 2019

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Standard & Poor’s, au 11 mars 2020
2 Source : Standard & Poor’s, au 11 mars 2020
3 Sources : Bloomberg, L.P. et Standard & Poor’s, au 11 mars 2020
4 Source : Bloomberg, L.P., au 11 mars 2020
5 Source : Bloomberg, L.P., au 11 mars 2020
6 Source : Bloomberg, L.P., le marché est représenté par l’indice S&P 500, au 11 mars 2020
7 Sources : Bloomberg, L.P. et Standard & Poor’s, au 31 décembre 2019
8 Sources : Bloomberg, L.P. et Standard & Poor’s, au 31 décembre 2019
9 Source : Bloomberg, L.P., au 31 décembre 2018
10 Source : Bloomberg, L.P., au 11 mars 2020

Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs.

Renseignements importants

Image d’en-tête du blogue : ACALU STUDIO / Stocksy

Le S&P 500 est un indice boursier qui mesure la performance boursière de 500 grandes sociétés cotées en bourse aux États-Unis. Il est impossible d’investir directement dans un indice.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 12 mars 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur particulier. Les épargnants devraient toujours consulter leur conseiller financier avant de prendre des décisions de placement.