Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 1 septembre 2020

Que pourrait signifier la nouvelle politique de la Fed pour les investisseurs?

La semaine dernière, la nouvelle politique de taux d’inflation cible de la Réserve fédérale américaine (Fed), les nouvelles d’un changement à la tête du Japon, la baisse de la confiance des consommateurs américains et la montée des cas de COVID-19 ont fait la une des journaux. Quelles sont les retombées de ces événements pour les investisseurs?

 

1. Allocution de M. Powell à Jackson Hole

Le président du conseil de la Fed, Jay Powell, a annoncé une nouvelle politique de taux d’inflation cible qui permet au taux d’inflation de dépasser « modérément » la cible de 2 % pendant « un certain temps ». Autrement dit, la Fed autorise un « dépassement » de son taux d’inflation cible.  Ce qu’il faut savoir, c’est que cette nouvelle politique est assortie d’une cible d’emploi asymétrique : la Fed adoptera une politique plus accommodante si le taux d’emploi est inférieur aux estimations en temps réel du « taux d’emploi maximal », mais ne la resserrera pas s’il dépasse le « taux d’emploi maximal », pourvu qu’il n’y ait aucun signe alarmant de hausse du taux d’inflation. Comme l’a clairement indiqué M. Powell dans son allocution à Jackson Hole : « Il est difficile de surestimer les avantages de maintenir un marché du travail en santé… ».1

Cela a d’énormes retombées sur le concept économique appelé courbe de Phillips, qui stipule qu’une hausse du taux d’inflation est associée à une baisse du chômage et vice versa. Depuis longtemps, beaucoup se demandent si la courbe de Phillips est morte. La semaine dernière, la Fed a répondu par l’affirmative, du moins elle croit que c’est ce que l’histoire récente a démontré. Dans son allocution, M. Powell a déclaré ceci : «… le marché du travail plus dynamique que jamais n’a pas provoqué de hausse significative du taux d’inflation »1 et c’est la raison qui justifie cette nouvelle politique. Si l’on se fie à l’expérience récente, la Fed ne pense clairement pas qu’il y a une forte corrélation entre le taux de chômage et le taux d’inflation.

Je dirais que M. Powell emprunte « le chemin inverse de M. Volcker ». L’ex-président du conseil de la Fed, Paul Volcker, en poste de 1979 à 1987, a déclaré la guerre à l’inflation et a pris des mesures draconiennes pour contrôler l’inflation en augmentant considérablement les taux d’intérêt. (J’en sais quelque chose, je me souviens du taux hypothécaire que mes parents payaient en 1982.) Aujourd’hui, M. Powell déclare la guerre au bas taux d’inflation qui perdure et est disposé à augmenter le seuil de tolérance de la Fed. Cela accroît les probabilités d’une hausse du taux d’inflation, mais est loin de la garantir.

À mon avis, il y a deux éléments importants à retenir de son allocution. Premièrement, le taux des fonds fédéraux devrait rester près de zéro pendant plusieurs années encore. Cela pourrait jouer en faveur des actifs à risque. Deuxièmement, les investisseurs vont probablement commencer à se préoccuper de l’inflation. Je m’attends à ce que les catégories d’actifs protégés contre l’inflation, y compris l’or, les titres du Trésor protégés contre l’inflation (TIPS) et peut-être d’autres produits de base, gagnent en popularité. Mais, à mon avis, les grands gagnants seront probablement les actions, en particulier les plus cycliques, qui, selon moi, bénéficieront des taux plus bas, tant que l’inflation n’augmentera pas trop.

 

2. Changement de chef d’État au Japon

La semaine dernière, le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a annoncé sa démission pour des raisons de santé.  Cela ne devrait pas être une surprise totale, car M. Abe a démissionné de son premier mandat de premier ministre en 2007 pour ces mêmes raisons de santé. Cependant, je pense que son départ soulève des inquiétudes légitimes quant à l’avenir du pays, parce que son mandat a été positif pour le Japon : il est le premier ministre qui a été en poste le plus longtemps de l’histoire du Japon et a été une source de continuité après de nombreuses années au cours desquelles le cabinet du premier ministre était une véritable porte tournante.

Étant donné que quiconque remplacera M. Abe devra se faire réélire l’an prochain, un facteur à  considérer dans le choix de son remplaçant est sa capacité à se faire élire. Il semble qu’il y ait trois principaux candidats aptes à finir le mandat de M. Abe : Yoshihide Suga, secrétaire en chef du cabinet; Fumio Kishida, président du Conseil de recherche politique du PLD; et Shigeru Ishiba, ex-ministre de la revitalisation régionale.2

Les trois poursuivraient probablement les mêmes grands objectifs politiques de l’ère Abe (les « trois flèches »), mais M. Ishiba accorderait davantage d’importance à combler les inégalités de revenu. Bien que leurs politiques puissent rester les mêmes, la question est de savoir si le successeur de M. Abe parviendra à rester au pouvoir comme M. Abe. Quoi qu’il advienne, nous ne croyons pas que cela aura un impact significatif à court terme sur les investisseurs.

 

3. Consommateurs américains

L’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan pour le mois d’août montre une légère amélioration, mais l’indice de confiance des consommateurs du Conference Board a chuté à son plus bas depuis le début de la pandémie. Cela signifie que les consommateurs sont réellement préoccupés par l’avenir de l’économie. Ce pessimisme accru se reflète dans les dépenses de consommation aux États-Unis, qui ont diminué en juillet, après avoir augmenté en juin, ce qui laisse présumer que les consommateurs sont un peu plus sous pression. Je ne suis pas étonnée, puisque le virus s’est propagé en juillet aux États-Unis et que les prestations d’assurance-chômage supplémentaires arrivaient à terme.

À mon avis, cela ne devrait pas avoir d’incidence sur les investisseurs. La Fed a clairement indiqué qu’elle maintiendrait une politique très accommodante pendant un certain temps encore, ce qui devrait soutenir les actifs à risque et entretiendrait la déconnexion entre la bourse et l’économie, du moins pour le moment.

 

4. Nombre de cas d’infection à la COVID-19

On observe des pics de cas d’infection dans le monde, notamment en Espagne, en France et en Corée du Sud. Cependant, il semble que les responsables de la santé publique s’attaquent à la situation, particulièrement en Corée du Sud.  La courbe s’est aplatie aux États-Unis et l’augmentation du nombre de cas d’infection dans certains États, comme l’Iowa et l’Alabama, semble être au moins partiellement attribuable à l’ouverture des collèges et des universités. Nous allons suivre de près la rentrée, au gré de l’ouverture des collèges, des universités et des écoles. J’espère que la COVID-19 sera somme toute reléguée au second plan pendant un mois ou deux, jusqu’au début de la saison de la grippe, chose certaine, nous surveillerons de près les taux d’infection étant donné la corrélation entre le nombre de cas d’infection et la confiance des consommateurs.

Pour ce qui est de l’impact sur les investisseurs, il me semble peu probable que cela ait des répercussions sur les actions. Les cours boursiers ont remonté malgré la hausse du taux d’inflation, car la politique monétaire a eu une influence beaucoup plus forte sur les marchés.

 

Voici les événements à surveiller

Cette semaine s’annonce relativement calme. Les statistiques dignes de mention sont les ventes au détail de la zone euro et le rapport sur l’emploi aux États-Unis pour le mois d’août. Les ventes au détail de la zone euro devraient continuer de s’améliorer, mais l’augmentation du nombre de cas d’infection dans certains pays européens pourrait ralentir la progression. En ce qui a trait au rapport sur l’emploi aux États-Unis, il faut se rappeler que la nouvelle politique de taux d’inflation cible de la Fed pourrait avoir une incidence sur la manière dont le marché va recevoir cette nouvelle. Normalement, un bon rapport sur l’emploi fait craindre un resserrement de la politique monétaire de la Fed afin de lutter de manière proactive contre l’inflation et la surchauffe de l’économie. Cette préoccupation a disparu, du moins pour le moment, compte tenu de la nouvelle politique de la Fed.

 

 

 

Autres blogues de Kristina Hooper

Qu’adviendra-t-il de la « destruction créatrice » actuelle?
16 septembre 2020

Trois raison qui montrent qu’il ne s’agit pas d’une autre bulle technologique
11 septembre 2020

Que pourrait signifier la nouvelle politique de la Fed pour les investisseurs?
1 septembre 2020

Rester à l’affût des excès de confiance
26 août 2020

L’optimisme persiste malgré l’impasse dans les négociations sur les mesures de relance aux États-Unis
19 août 2020

Cinq enjeux à surveiller en août
11 août 2020

La pression monte pour l’économie américaine
5 août 2020

L’UE adopte un plan de relance tandis que les législateurs américains continuent de négocier
28 juillet 2020

« L’omniprésence de l’État » se fait de plus en plus sentir, à mesure que les cas de virus aux États-Unis se multiplient
22 juillet 2020

Les attentes divergent quant à la reprise économique aux États-Unis et en Chine
14 juillet 2020

Pendant combien de temps les données économiques peuvent-elles s’améliorer tandis que les infections continuent de se propager?
7 juillet 2020

Perspectives de mi-année : Reprise économique lente et inégale pendant la deuxième moitié de l’année
2 juillet 2020

Les statistiques économiques s’améliorent, mais les taux d’infection s’avèrent difficiles à contrôler
23 juin 2020

Cinq éléments à retenir de la conférence de presse de la Fed
16 juin 2020

Les « pousses vertes » en plein essor nourrissent l’espoir d’une reprise économique
9 juin 2020

Les nations promettent des billions de dollars en mesures de relance budgétaire pour soutenir leur économie
3 juin 2020

Une étude de cas pour réduire le chômage : La Work Projects Administration
27 mai 2020

Les tensions entre les États-Unis et la Chine pourraient être le plus gros risque pour le marché boursier américain cette année
20 mai 2020

Impact de la COVID-19 : Ce qu’en pensent nos gestionnaires de portefeuille
15 mai 2020

Les marchés mondiaux: À surveiller en mai
5 mai 2020

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Source : Transcription de l’allocution de la Fed, « New Economic Challenges and the Fed’s Monetary Policy Review », 27 août 2020

2 Source : The Japan Times, « Abe right-hand man Yoshihide Suga emerges as a top pick to replace him », 30 août 2020
Renseignements importants

Image d’en-tête du blogue : Orgnmaster / Getty

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

Les bons du Trésor américain sont pleinement garantis par le gouvernement des États-Unis, ce qui garantit que le capital et les intérêts seront versés comme prévu.

Le taux des fonds fédéraux est le taux d’intérêt auquel les banques se prêtent des soldes au jour le jour.

Les actifs à risque sont généralement décrits comme tout titre ou instrument financier, tels que des actions, des produits de base, des obligations à rendement élevé et d’autres produits financiers comportant un risque et dont le cours est susceptible de fluctuer.

Les fluctuations du prix de l’or et des métaux précieux pourraient nuire à la rentabilité des entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux. Les changements de conjoncture politique ou économique des pays où les entreprises du secteur de l’or et des métaux précieux exercent leurs activités pourraient avoir une incidence directe sur le prix de l’or et des métaux précieux.

Les produits de base peuvent exposer un investisseur à une plus grande volatilité que les titres traditionnels comme les actions et les obligations et leurs prix peuvent varier considérablement en fonction des conditions météorologiques, de la politique, des règles fiscales, ainsi que des changements réglementaires et de la conjoncture boursière.

En règle générale, les cours des actions fluctuent, parfois même considérablement, en réaction aux activités de la société émettrice, ainsi qu’à la conjoncture des marchés en général, à la situation économique et au climat politique.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de Kristina Hooper au 31 août 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.