Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Brian Levitt | 7 janvier 2020

Quelle incidence la mort de Qassim Suleimani aura-t-elle sur les marchés?

Jeudi soir, le commandant en chef de la sécurité et du renseignement iranien, le général Qassim Suleimani, a été tué dans une frappe de drone à l’aéroport international de Bagdad. Cette frappe, qui a été autorisée par le président américain Donald Trump, marque une escalade potentiellement dangereuse dans la confrontation croissante entre les États-Unis et l’Iran.

 

Comment les marchés ont-ils réagi?

Les marchés n’ont pas tardé à réagir au décès de M.  Suleimani. Dans les heures qui ont suivi, l’indice S&P 500 s’est replié d’environ 1 % et les taux des bons du Trésor américain ont baissé.1 En revanche, les valeurs refuges, notamment le yen japonais et certains actifs comme l’or, ont monté en flèche et les prix du pétrole ont grimpé de plus de 4 %.1

 

Comment les investisseurs devraient-ils réagir à ces événements?

La volatilité à court terme des marchés est presque entièrement attribuable à l’incertitude à l’égard de la conjoncture politique et géopolitique. Ce sera probablement la même chose cette fois-ci. À notre avis, l’incertitude va perdurer jusqu’à ce que les marchés aient une meilleure idée des représailles potentielles de l’Iran et des perturbations du marché mondial du pétrole.

Or, comme le montrent les graphiques, les rendements boursiers ont tendance, en moyenne, à être positifs dans les douze mois qui suivent les pics de l’indice de risque géopolitique.

Translations pour le graphique
Geopolitical Risk Index = Indice de risque géopolitique
+1 Std. Dev. Avg. = Écart type moyen +1
Cuban Missile Crisis = Crise des missiles à Cuba
Yom Kippur War = Guerre du Kippour
Soviets Invade Afghanistan = Invasion soviétique de l’Afghanistan
Falkland Islands = Îles Malouines
Beirut Barracks Bombing = Attentat à la caserne de Beyrouth
Chernobyl = Chernobyl
Iraq Invades Kuwait = L’Irak envahit le Koweït
Operation Desert Storm = Opération Desert Storm
US Invades Iraq = Les États-Unis envahissent l’Irak
9/11 = 11 sept 2001
Russia Invades Crimea = La Russie envahit la Crimée
North Korea Tensions = Tensions avec la Corée du Nord
US China Trade = Commerce É.-U./Chine

Source : Bloomberg, L.P. et EconomicPolicyUncertainty.com au 3 janvier 2020. Le graphique indique les rendements totaux avec dividendes réinvestis pour la période de 12 mois. Crise des missiles à Cuba : 30 juin 1967 au 30 juin 1968. Guerre du Kippour : 31 oct. 1973 au 31 oct. 1974. Invasion soviétique de l’Afghanistan : 31 janv. 1980 au 31 janv. 1981. Îles Malouines : 30 avril 1982 au 30 avril 1983. Beyrouth : 30 nov. 1983 au 30 nov. 1984. Chernobyl : 30 juin 1986 au 30 juin 1987. Irak/Koweït : 31 janv. 1991 au 31 janv. 1992. 11 sept. 2001 : 30 oct. 2001 au 30 oct. 2002. É.-U./Irak : 31 mars 2003 au 31 mars 2004. Russie/Crimée : 30 sept. 2014 au 30 sept. 2015. Corée du Nord : 31 août 2017 au 31 août 2018. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Il est impossible d’investir directement dans un indice.

 

Translations pour le graphique
S&P 500 Index = Indice S&P 500
Returns: 12M After Peak in Geopolitical Risk Index = Rendements : 12 mois après un pic de l’indice de risque géopolitique
Cuban Missile Crisis = Crise des missiles à Cuba
Yom Kippur War = Guerre du Kippour
USSR/Afghanistan = URSS/Afghanistan
Falkland Islands = Îles Malouines
Beirut = Beyrouth
Chernobyl = Chernobyl
Iraq/Kuwait = Irak/Koweït
Desert Storm = Desert Storm
Sept. 11 = 11 sept.
US/Iraq = États-Unis/Irak
Russia/Crimea = Russie/Crimée
North Korea = Corée du Nord
Average = Moyen
Median = Médian

Source : Bloomberg, L.P. et EconomicPolicyUncertainty.com au 3 janvier 2020. Le graphique indique les rendements totaux avec dividendes réinvestis pour la période de 12 mois qui suit chaque pic. Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs. Il est impossible d’investir directement dans un indice.

 

Les événements en cours altèrent-ils la globalité des cycles économiques et boursiers?

Comme toujours, les investisseurs devraient évaluer la conjoncture géopolitique pour voir dans quelle mesure elle altère la globalité des cycles de marchés. Il est peu probable que ce soit le cas, mais nous allons surveiller de près la confiance des entreprises, étant donné que l’Iran a proféré des menaces de « représailles impitoyables » qui, selon certains experts, pourraient se traduire par des cyberattaques sur des entreprises américaines.

Nous tenons à souligner que les États-Unis bénéficient de l’autosuffisance énergétique, si bien que les ramifications d’une intensification du conflit opposant le Moyen-Orient et les États-Unis vis-à-vis de l’énergie sont bien moindres qu’elles ne l’auraient été il y a à peine deux décennies.

Historiquement, les événements géopolitiques régionaux ne sont pas ceux qui mettent fin aux cycles économiques et boursiers. Par exemple, le bombardement par l’Iran des champs pétrolifères saoudiens en 2019 a entraîné une volatilité des marchés à court terme, mais les marchés ont terminé l’année à des sommets record.

Le portrait global de faible croissance, de bas taux d’inflation mondiaux, de politique monétaire accommodante à l’échelle mondiale et d’actions toujours plus attrayantes que les obligations n’a pas changé. À notre avis, la conjoncture demeure favorable aux actions et aux autres actifs à risque.

 

 

 

 

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

1 Source : CNN Business, « Oil prices surge 4% after Iran military leader killed in drone strike », 3 janvier 2020.

Le rendement passé n’est pas garant des résultats futurs.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 3 janvier 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.