Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Nick Kalivas | 14 mars 2020

Quelles pourraient-être les répercussions de la volatilité à court terme pour les investisseurs à long terme?

Les marchés demeurent extrêmement volatils et les deux dernières semaines ont été le théâtre de gains et pertes historiques. Bien que je préfère évaluer les rendements sur des périodes plus longues, je comprends que les investisseurs soient particulièrement intéressés par les fluctuations quotidiennes des marchés. Voici ce que je vais surveiller au cours des prochaines semaines et des prochains mois.

 

La volatilité pourrait créer des occasions de placement à long terme

 

Le 28 février, l’indice de volatilité du CBOE® (VIX®), qui mesure les attentes de volatilité à court terme, a clôturé à 40,11 points.1 C’est inhabituel, car le VIX a terminé la semaine à plus de 35 points au cours de seulement sept périodes depuis 1990, mais ce n’est pas surprenant, compte tenu de la volatilité observée récemment.

 

Fait à noter, les données historiques indiquent une corrélation entre une période où le VIX a clôturé la semaine à plus de 35 points et une hausse des cours boursiers l’année suivante. Un an après chacune de ces sept périodes, l’indice équipondéré S&P 500 a augmenté, affichant un rendement moyen de 15,5 %.1 Par contre, le rendement moyen du VIX s’établissait à ‑38,4 %. Qui plus est, au cours de la même période, l’indice équipondéré S&P 500 a devancé le S&P 500 de 0,4 %. (Les seules exceptions à la règle ont été les attentats du 11 septembre et les répercussions de « l’éclatement » de la bulle technologique.)

 

Quelles pourraient-être les répercussions pour les investisseurs? À mon avis, le VIX reflète l’inquiétude des investisseurs, mais constitue également une source d’occasions de placement pour les investisseurs disposés à adopter une perspective à plus long terme.

 

Les marchés boursiers pourraient demeurer volatils pendant un certain temps

Le marché américain connaît une année volatile. Les récentes nouvelles nous disent que le pire de l’épidémie de coronavirus n’a pas encore touché les États-Unis et que les marchés seront vulnérables à la prise en compte du risque politique à l’approche des élections présidentielles de novembre. Le pays est très polarisé et je crois qu’il y a un risque que les politiques budgétaires et réglementaires généralement favorables du président Donald Trump soient abolies. Je pense que la dynamique politique est une des raisons pour lesquelles les investisseurs envisagent de conserver leurs actions à faible volatilité.

Mesurer l’impact du coronavirus

Si vous voulez mesurer l’impact du coronavirus sur l’activité économique, je vous recommande de surveiller les prix du pétrole et l’évolution des prix des produits industriels de base. L’énergie est essentielle au transport et à la production; pourtant, on risque d’en entendre moins parler par le gouvernement et les porte-parole des médias.

 

Qui plus est, le baromètre GDPNow de la Banque de réserve fédérale d’Atlanta prévoit un taux de croissance de 2,7 % au premier trimestre,2 les commandes de biens durables semblent en hausse (aidées par le cycle des stocks) et le nombre de ventes domiciliaires en cours semble particulièrement élevé.3 Par ailleurs, l’enquête sur les perspectives des entreprises non manufacturières de la Banque de Réserve fédérale de Philadelphie est très encourageante, ce qui laisse présager une forte croissance.4 La vigueur de la croissance économique au moment où survient le choc du coronavirus pourrait atténuer son impact sur les marchés.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Source : Bloomberg, L.P., au 28 février 2020. L’indice VIX a clôturé à 45,1 points; le 4 juin 2010, il a clôturé à 35,5 points; et le 12 août 2011, il a clôturé à 36,4 points. Les sept périodes où le VIX a clôturé à plus de 35 points sont du 31 octobre 1997 au 31 octobre 1998; du 28 août 1998 au 28 août 1999; du 21 septembre 2001 au 21 septembre 2002; du 19 juillet 2002 au 19 juillet 2003; du 3 octobre 2008 au 3 octobre 2009; du 4 juin 2010 au 4 juin 2011; et du 12 août 2011 au 12 août 2012. Les rendements passés ne garantissent pas les rendements futurs. Il est impossible d’investir directement dans un indice.

2 Source : Banque de réserve fédérale d’Atlanta, baromètre GDPNow, au 2 mars 2020.
3 Source : Bloomberg L.P., au 29 février 2020.
4 Source : Banque de Réserve fédérale de Philadelphie, enquête sur les perspectives des entreprises non manufacturières (NBOS), au 25 février 2020.

Renseignements importants
Image d’en-tête du blogue : Mima Foto/Stocksy
Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.
Rien ne garantit que les actions à faible volatilité seront peu volatiles.
L’indice de volatilité du CBOE® (VIX®), l’un des principaux instruments de mesure des attentes de volatilité à court terme, est établi en fonction du prix de levée des options de l’indice S&P 500. L’indice VIX est le symbole de téléscripteur de l’indice de volatilité du Chicago Board Options Exchange (CBOE), qui fait état des perspectives de volatilité du marché sur 30 jours.

Le S&P 500® équipondéré est la version à pondération égale de l’indice S&P 500®.
L’indice S&P 500® est un indice non géré considéré comme étant représentatif du marché boursier américain.
Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 3 mars 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.