Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Alessio De Longis | 20 juillet 2020

Répartition tactique de l’actif – Juillet 2020

Notre cadre de gestion macroéconomique continue d’indiquer que l’économie mondiale semble passer à la phase reprise, ce qui confirme nos attentes d’une inflexion dans le cycle économique. Dans l’ensemble, les récentes statistiques économiques mondiales montrent des signes de stabilisation, alors que la plupart des économies ont amorcé le processus de réouverture. Au cours des deux derniers mois, les indicateurs de confiance, allant des consommateurs aux ventes au détail, en passant par les sondages auprès des entreprises et les commandes de produits industriels pointent vers une légère remontée par rapport au creux d’avril, lorsque les mesures de confinement étaient les plus strictes. L’amélioration des perspectives économiques est la plus marquée en Asie, particulièrement en Chine, où des signes de reprise économique émergent dans plusieurs pans de l’économie, dont le marché de l’habitation, les commandes de produits industriels et la production, ainsi que la croissance de la masse monétaire et du crédit. Les marchés émergents outre l’Asie accusent encore un certain retard en raison des plus récentes vagues de contagion en Amérique latine et en Russie (Figure 1).

Tandis que les pays développés demeurent en mode contraction, le taux de détérioration s’améliore lentement, en particulier en Europe où les statistiques économiques pourraient bientôt confirmer le passage à une phase de reprise probablement avant les États-Unis. En outre, le sentiment à l’égard des marchés des capitaux mondiaux continue de s’améliorer, comme en témoigne le rendement supérieur généralisé des actifs risqués, ce qui dénote une amélioration des perspectives de croissance économique mondiale, malgré les inquiétudes récentes concernant l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 dans plusieurs régions des États-Unis (Figure 2). Globalement, la combinaison de croissance inférieure à la tendance (comme l’indiquent nos principaux indicateurs économiques avancés) et d’amélioration des prévisions de croissance nous porte à croire que toutes les régions ont soit amorcé une reprise (comme l’Asie en ce moment), soit sont sur le point d’amorcer une phase de reprise (en l’occurrence les pays développés).

Figure 1 : Les indicateurs économiques avancés montrent que les pays asiatiques émergents ont déjà amorcé une reprise. L’amélioration des prévisions de croissance, signalée par l’augmentation de l’appétit pour le risque, nous porte à croire que le reste du monde devrait entrer en phase de reprise bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Solutions de placement Invesco. Données sur la conjoncture macroéconomique au 30 juin 2020. Les Indicateurs économiques avancés mondiaux (IEA mondiaux) sont des mesures exclusives et prospectives du niveau de tendance macroéconomique. L’indicateur du cycle mondial d’appétit pour le risque (ICMAR) est une mesure exclusive du sentiment des marchés à l’égard des risques. À des fins d’illustration uniquement.

 

Figure 2 : La confiance des investisseurs signale une amélioration des prévisions de croissance et porte à croire que le creux de la contraction économique mondiale est passé


Sources : Bloomberg L.P., MSCI, Citi, Barclays, JPMorgan et recherches et calculs de Solutions de placement Invesco de janvier 1992 à mars 2020. L’Indicateur économique avancé mondial (IEA mondial) est une mesure exclusive et prospective du niveau de tendance macroéconomique. L’indicateur du cycle mondial d’appétit pour le risque (ICMAR) est une mesure exclusive du sentiment des marchés à l’égard des risques. Lorsque le niveau de l’IEA mondial est supérieur (inférieur) à 100, cela indique une croissance supérieure (inférieure) à la tendance moyenne à long terme et lorsque le niveau de l’ICMAR est supérieur (inférieur) à zéro, cela indique un sentiment des marchés à l’égard des risques supérieur à la tendance.

 

Positionnement des placements

Nous continuons de surpondérer les titres risqués par rapport à l’indice de référence1, en investissant davantage dans les titres de créance, les actions des marchés émergents et les facteurs boursiers cycliques. Plus précisément :

• Nous maintenons une exposition totale neutre aux actions orientée vers les marchés et les secteurs cycliques et surpondérons les actions des marchés émergents et les facteurs cycliques comme la taille et la valeur. De plus, nous avons augmenté notre exposition aux marchés développés à l’extérieur des États-Unis, au détriment des actions américaines, compte tenu de l’évaluation des devises et de leur dynamique de croissance avantageuse.

• Dans le volet titres à revenu fixe, nous surpondérons toujours les obligations américaines à rendement élevé, les obligations d’États souverains des marchés émergents libellées en dollars et les obligations liés à un événement, au détriment des obligations d’État, particulièrement celles des marchés développés à l’extérieur des États-Unis. La duration totale du portefeuille est neutre.

• Sur les marchés des changes, nous continuons de surpondérer les positions de change, parce que nous anticipons une dépréciation du dollar américain. Nous sous-pondérons toujours les devises perçues comme des valeurs refuges2 telles le yen japonais et le franc suisse, en faveur des devises à faible évaluation et sensibles à la croissance comme l’euro, le dollar canadien et les devises scandinaves.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

1 Indice mondial 60/40 (60 % indice MSCI Monde tous pays / 40 % indice Bloomberg Barclays Global Aggregate couvert en $US).

2 Les valeurs refuges sont des placements dont la valeur est susceptible de se maintenir ou même d’augmenter en périodes de volatilité des marchés.

L’indice Barclays Global Aggregate est un indice non géré considéré comme étant représentatif des marchés mondiaux des obligations et des titres à revenu fixe de bonne qualité.

L’indice MSCI Monde tous pays est un indice non géré considéré comme étant représentatif des actions des sociétés à grande et à moyenne capitalisations des pays développés et émergents.

Renseignements importants

L’équipe de Solutions de placement Invesco a recours à la science du placement factoriel pour combiner des stratégies actives et passives et créer des portefeuilles qui conviennent à divers objectifs de placement. Vous pouvez en savoir plus sur notre façon de procéder en cliquant ici.

Il est impossible d’investir directement dans un indice

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement dans l’avenir.

Les opinions exprimées sont celles d’Alessio de Longis au 5 juillet 2020 et sont basées sur les conditions boursières actuelles, qui peuvent changer sans préavis. Ces opinions peuvent différer de celles des autres spécialistes des placements d’Invesco.

Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.

La diversification ne garantit pas un profit et n’élimine pas le risque de perte.

En règle générale, le cours des actions fluctue, parfois même considérablement, en réaction aux activités de la société émettrice, ainsi qu’à la conjoncture des marchés en général, à la situation économique et au climat politique.

Les risques d’investir dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris ceux des marchés émergents, peuvent inclure la fluctuation des devises étrangères, l’instabilité politique et économique, et les problèmes liés à l’imposition étrangère.

La valeur en dollars des titres étrangers en portefeuille varie en fonction de la fluctuation du taux de change entre le dollar et les devises dans lesquelles ces titres sont négociés.

Les titres à revenu fixe sont exposés au risque de crédit de l’émetteur et aux retombées des fluctuations de taux d’intérêt. De manière générale, les cours des obligations baissent lorsque les taux d’intérêt augmentent, et vice versa; c’est ce que l’on appelle le risque de taux d’intérêt. Un émetteur peut être incapable de rembourser les intérêts ou le capital de ses emprunts, ou les deux, ce qui fait chuter la valeur de ses titres de créance et abaisse sa note de crédit.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier.