Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Alessio de Longis | 2 février 2021

Répartition tactique de l’actif – Le point sur janvier 2021

La reprise mondiale arrive à maturité et une expansion se dessine

Le point sur la situation macroéconomique

L’année 2020 passera certainement à l’histoire comme l’une des plus perturbatrices à l’échelle mondiale; ses répercussions sociales et économiques seront ressenties pendant des années. L’année 2020 sera également une année record dans l’histoire des marchés financiers et les générations futures d’investisseurs auront droit à toutes sortes d’histoires et d’anecdotes. Par exemple, c’est en 2020 que le baril de pétrole a atteint le prix de -38 $ US,1 ou que la pire récession mondiale de l’histoire s’est accompagnée d’un effondrement des marchés, qui n’a duré que quatre semaines.

À l’aube de 2021, les marchés financiers connaissent une forte progression grâce aux percées réalisées dans le domaine des vaccins, suivies d’un déploiement presque instantané à l’échelle mondiale. La reprise mondiale se poursuit. Selon notre cadre d’analyse macroéconomique, sur 12 mois, il est probable que la croissance de l’économie américaine repassera au-dessus du taux tendanciel à long terme pour la première fois en six trimestres. Les États-Unis devraient donc amorcer une phase d’expansion, rejoignant la Chine et le reste des marchés émergents. Bien que leur redressement soit plus lent en raison des mesures de reconfinement imposées au quatrième trimestre de 2020, les autres économies développées devraient rattraper leur retard par rapport au reste du monde au cours des prochains trimestres, selon nos prévisions. Dans l’ensemble, de nombreux indicateurs montrent que le cycle économique mondial évolue normalement. Au lieu de retomber en phase de contraction, il devrait passer en phase d’expansion, à moins d’un choc exogène.  L’appétit des investisseurs pour le risque demeure élevé, ce qui laisse entrevoir une amélioration des prévisions de croissance. Habituellement, la volatilité de l’économie et des marchés financiers diminue à mesure que la phase d’expansion se précise, ce qui devrait soutenir la prise de risque et la confiance des investisseurs au cours des prochains mois.

Nos recherches indiquent que les actifs risqués pourraient continuer de bien se porter, l’économie passant de la phase « reprise » à la phase « expansion ». Toutefois, les facteurs de rendement sont généralement différents. En phase de reprise économique, les actifs risqués sont surtout stimulés par les politiques monétaires expansionnistes, la baisse des taux obligataires et l’amélioration des conditions financières, malgré la faiblesse de la croissance. Durant cette phase d’expansion, la croissance des bénéfices et la baisse de la volatilité des marchés devraient être les principaux moteurs de la prise de risque et de l’appréciation des actifs, tandis que les taux obligataires se normaliseront graduellement à des niveaux plus élevés, en supposant des pressions inflationnistes limitées.

Selon nos prévisions, le contrôle du Sénat par les démocrates aura une incidence positive sur notre portefeuille modèle, car les marchés émergents et développés à l’extérieur des États-Unis sont les principaux bénéficiaires de la baisse de l’incertitude commerciale et le dollar américain devrait se déprécier en parallèle.

Figure 1 – Selon les indicateurs avancés et la confiance des marchés, la reprise mondiale se poursuit malgré la hausse des taux d’infection et le reconfinement dans plusieurs régions.

ENFR
Current Leading Economic Indicators (LEIs) – Dec. 31, 2020Indicateurs économiques avancés actuels – 31 décembre 2020
Deteriorating Détérioration
Growth changeVariation de la croissance
ImprovingAmélioration
RecoveryReprise
ContractionContraction
ExpansionExpansion
SlowdownRalentissement
Growth levelNiveau de croissance
Below trendInférieure à la moyenne
Above trendSupérieure à la moyenne
UKRoyaume-Uni
JapanJapon
EurozoneZone euro
USÉtats-Unis
EM ex-ChinaMarchés émergents hors Chine
ChinaChine
ENFR
RegionRégion
GlobalMonde
United StatesÉtats-Unis
Developed Markets ex-USAMarchés développés hors É.-U.
EuropeEurope
United KingdomRoyaume-Uni
JapanJapon
Emerging MarketsMarchés émergents
ChinaChine
Emerging Markets ex-ChinaMarchés émergents hors Chine
(a)a)
Current level of growth (LEIs)Taux de croissance actuel (indicateurs avancés)
Below TrendInférieur au taux tendanciel
Above TrendSupérieur au taux tendanciel
Below TrendInférieur au taux tendanciel
Below TrendInférieur au taux tendanciel
Below TrendInférieur au taux tendanciel
Below TrendInférieur au taux tendanciel
Above TrendSupérieur au taux tendanciel
Above TrendSupérieur au taux tendanciel
Above TrendSupérieur au taux tendanciel
&&
(b)b)
Change in global growth expectations (GRACI)Variation des attentes de croissance mondiale (GRACI)
Growth Expectation ImprovingAmélioration des attentes de croissance
==
(c)c)
Expected macro regimesPhases macroéconomiques attendues
RecoveryReprise
ExpansionExpansion
RecoveryReprise
RecoveryReprise
RecoveryReprise
RecoveryReprise
ExpansionExpansion
ExpansionExpansion
ExpansionExpansion

Sources : Bloomberg L.P., Macrobond et Invesco Investment Solutions. L’indicateur du cycle d’appétit pour le risque mondial (GRACI) est une mesure exclusive de l’humeur des marchés à l’égard du risque. Un indicateur supérieur (ou inférieur) à zéro signifie que l’humeur à l’égard du risque est supérieure (ou inférieure) à la moyenne.

Positionnement des placements

Nous croyons que le contexte macroéconomique reste favorable aux primes sur les actions et les titres de créance, aux facteurs cycliques et aux actifs risqués. Nous maintenons une position plus risquée que celle de l’indice de référence2 dans notre modèle de répartition tactique mondiale de l’actif, au moyen d’une surpondération des actions et des obligations de sociétés au détriment des obligations d’État. En particulier :

Dans la composante à revenu fixe, nous n’avons apporté aucun changement à nos pondérations. Malgré la compression des écarts de taux, les perspectives des titres de créance risqués restent bonnes, selon nous. À mesure que le cycle évolue, passant de la phase de reprise à la phase d’expansion, la volatilité des marchés financiers a tendance à diminuer. De ce fait, le principal attrait des titres de créance n’est plus l’appréciation du capital (compression des écarts), mais la production de revenus. Nous surpondérons les obligations américaines à rendement élevé, les prêts bancaires et les titres de créance souverains de marchés émergents libellés en dollars, au détriment des obligations de sociétés de qualité supérieure et des obligations d’État. Enfin, nous préférons les titres du Trésor américain aux obligations d’État d’autres marchés développés. Dans l’ensemble, nous adoptons un risque de crédit3 plus élevé et une duration plus courte par rapport à l’indice de référence, car nous prévoyons une hausse des taux de rendement et une pentification de la courbe des taux.

Sur les marchés des changes, nous maintenons la surpondération des devises en prévision d’une dépréciation à long terme du dollar américain. Du côté des marchés développés, nous privilégions l’euro, le dollar canadien, le dollar de Singapour et la couronne norvégienne, tandis que nous sous-pondérons la livre sterling, le franc suisse et le dollar australien. Pour ce qui est des marchés émergents, nous privilégions la roupie indienne, la roupie indonésienne, le rouble russe et le peso colombien. Selon nos prévisions, les opérations de portage sur les marchés émergents regagneront du terrain en 2021, ayant accusé un retard par rapport à la plupart des opérations de 2020 axées sur la reprise.

Figure 2 – L’expansion qui s’amorce entraîne un déplacement vers les marchés développés hors É.-U. et une diminution de la surpondération des titres de valeur par rapport à la répartition tactique de l’actif

ENFR
Below avg model portfolio riskRisque du portefeuille modèle inférieur à la moyenne
Fixed IncomeTitres à revenu fixe
USÉtats-Unis
DMMD
DefensivesSecteurs défensifs
GrowthCroissance
Large capGrandes capitalisations
GovernmentObligations d’État
Quality creditDe qualité
Short durationÀ court terme
US TreasuriesTitres du Trésor américain
US dollarDollar américain
NeutralNeutre
Above avg model portfolio riskRisque du portefeuille modèle supérieur à la moyenne
EquitiesActions
DM ex-USMD hors É.-U.
EM
CyclicalsSecteurs cycliques
ValueValeur
Small capPetites capitalisations
CreditAutres que d’État
Risky creditAutres que d’État risqués
Long durationLong terme
DM ex-US govtOblig. d’État, MD hors É.-U.
Non-USD FXDevises autres que USD

Source : Invesco Investment Solutions, 31 décembre 2020. À titre d’illustration seulement. MD = marchés développés. .

Figure 3 – En phase d’expansion, les préférences factorielles se traduisent par une diminution de la surpondération des facteurs taille et valeur et une hausse de la pondération du facteur momentum par rapport à la phase de reprise

Répartition des facteurs en fonction de la phase économique – Comparaison entre la répartition dynamique (zone grisée) et celle de l’indice de référence (zone en noir)

ENFR
RecoveryReprise
ContractionContraction
ExpansionExpansion
SizeTaille
QualityQualité
Low VolFaible volatilité
MomentumMomentum
ValueValeur
SlowdownRalentissement

À titre d’illustration seulement. Invesco, indice de référence (indice Russell 1000), modèle dynamique (modèle multifactoriel dynamique des actions américaines à grande capitalisation), du 31 janvier 1989 au 30 juin 2020. Les données sont les plus récentes disponibles. Graphiques en toile d’araignée pour les quatre phases économiques, illustrant la répartition des facteurs en fonction de leurs rendements excédentaires par rapport à l’indice de référence.

1 Source : Bloomberg L.P., au 31 déc. 2020.

2 Indice de référence mondial 60/40 (formé à 60 % de l’indice MSCI Monde tous pays et à 40 % de l’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate USD Hedged)

3 Le risque de crédit est égal à la durée multipliée par l’écart.

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

Image de l’en-tête du blogue : Gokhun Guneyhan / Unsplash

La courbe des taux présente, à un moment précis dans le temps, les taux d’obligations de qualité égale, mais assorties de dates d’échéance différentes, afin de prévoir l’évolution des taux d’intérêt et de l’activité économique.

L’indice Russell 1000®, marque de commerce ou marque de service de Frank Russell Co.®, est un indice non géré considéré comme représentatif des actions à grande capitalisation.

L’indice MSCI Monde tous pays est un indice non géré considéré comme représentatif des actions à moyenne et à grande capitalisation de l’ensemble des marchés développés et émergents. L’indice est calculé en fonction du rendement net, déduction faite des impôts applicables aux investisseurs non-résidents.

L’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Bond est un indice non géré considéré comme représentatif des marchés mondiaux des obligations à taux fixe de qualité supérieure.

Un style d’investissement valeur est soumis au risque que les valorisations ne s’améliorent pas ou que les rendements soient inférieurs à ceux d’autres styles de placement ou de l’ensemble des marchés boursiers.

Les risques liés aux placements dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris sur les marchés émergents, peuvent inclure les fluctuations de change, l’instabilité économique et politique et les particularités fiscales des pays étrangers.

Les actions des sociétés à petite et moyenne capitalisation ont tendance à être davantage exposées aux changements défavorables et peuvent être plus volatiles ou moins liquides, ou être soumises à des restrictions relativement à leur revente.

Les placements en titres à revenu fixe sont exposés au risque de crédit de l’émetteur et subissent les effets des variations de taux d’intérêt. Les cours des obligations baissent généralement lorsque les taux d’intérêt augmentent, et vice versa; c’est ce qu’on appelle le risque de taux d’intérêt. Un émetteur peut se retrouver dans l’incapacité de payer les intérêts ou de rembourser le capital, ce qui entraîne une baisse de la valeur de ses titres et de sa cote de crédit.

Les obligations spéculatives comportent un risque plus élevé de défaut ou de fluctuation de prix en raison des variations de la cote de solvabilité de l’émetteur. La valeur des obligations de piètre qualité fluctue davantage que celle des obligations de grande qualité et peut subir de fortes baisses sur de courtes périodes.

De façon générale, la valeur des actions fluctue, parfois beaucoup, à la suite d’activités propres à la société concernée ou en fonction des conditions du marché ou de l’économie ou de la situation politique.