Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Alessio de Longis | 17 septembre 2021

Répartition tactique de l’actif : Septembre 2021

Malgré l’affaiblissement des indicateurs économiques avancés mondiaux, notre cadre d’analyse laisse toujours entrevoir un régime expansionniste. Alessio de Longis explique pourquoi dans la mise à jour sur la répartition tactique de l’actif de ce mois-ci.

Le point sur la situation macroéconomique

Les indicateurs économiques avancés ont ralenti dans toutes les régions du monde. Aux États-Unis, la baisse de la confiance des consommateurs et les indicateurs du marché de l’habitation ont constitué la principale cause de la récente faiblesse. Dans la zone euro et au Royaume-Uni, les attentes de plafonnement de production et la baisse des stocks laissent présager que le rebond du cycle des stocks des derniers mois devrait s’interrompre sous peu. En Asie, l’affaiblissement des résultats de sondages sur le secteur manufacturier, des indicateurs du marché de l’habitation et de la production industrielle a contribué à un ralentissement notable de la croissance.

Malgré cet assombrissement généralisé des données économiques, notre cadre d’analyse du régime macroéconomique laisse toujours entrevoir un régime expansionniste en raison d’un regain de l’appétit pour le risque à l’échelle mondiale qui, selon nous, présage un rebond de la croissance plus tard cette année (figures 1 et 2).



Figure 1 : L’économie mondiale poursuit son expansion, mais a perdu de la vitesse dans certaines régions

Sources : Bloomberg L.P. et Macrobond. Recherche et calculs d’Invesco Investment Solutions. Indicateurs économiques avancés exclusifs d’Invesco Investment Solutions. Données des régimes macroéconomiques au 31 août 2021. Les indicateurs économiques avancés sont des mesures exclusives et prospectives du niveau de croissance économique. L’indicateur du cycle d’appétit pour le risque mondial (GRACI) est une mesure exclusive de l’humeur des marchés à l’égard du risque. À titre d’illustration seulement.

Figure 2 : Indicateurs avancés d’Invesco Investment Solutions – GRACI et indicateur économique avancé mondial

Sources : Bloomberg L.P., MSCI, FTSE, Barclays et J.P. Morgan, et recherche et calculs d’Invesco Investment Solutions, du 1er janvier 1992 au 31 août 2021. L’indicateur économique avancé mondial est une mesure exclusive et prospective du niveau de croissance de l’économie. Un résultat supérieur (inférieur) à 100 pour l’indicateur économique avancé mondial signale une croissance supérieure (inférieure) à la moyenne à long terme. L’indicateur du cycle d’appétit pour le risque mondial (GRACI) est une mesure exclusive de l’humeur des marchés à l’égard du risque. Un résultat supérieur (inférieur) à zéro indique une compensation positive (négative) pour la prise de risque sur les marchés financiers mondiaux récemment. Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs. À titre d’illustration seulement.

Parmi les facteurs qui pourraient expliquer l’amélioration récente de l’humeur des marchés, on compte l’atteinte d’un sommet probable des infections causées par le variant Delta et un assouplissement des mesures monétaires clairement annoncé par la Réserve fédérale américaine (Fed) :

  • Les récentes connaissances acquises au sujet du variant Delta au Royaume-Uni donnent à penser que les cas quotidiens déclarés pourraient diminuer rapidement au cours des prochaines semaines. La fluctuation à court terme du prix des actifs dénote toujours une grande vulnérabilité aux nouvelles liées à la COVID-19, comme en témoigne la réaction favorable du marché à la récente approbation du vaccin Pfizer-BioNTech par la FDA. Par conséquent, les manchettes positives concernant la COVID-19 pourraient constituer un autre catalyseur en faveur des actifs risqués, des facteurs/secteurs cycliques et des taux obligataires plus élevés. Fait important, nous croyons que les actions et les devises des marchés émergents devraient faire preuve de résilience face à la hausse (graduelle) des taux obligataires américains à long terme, compte tenu de la dévalorisation considérable des actifs des marchés émergents causée par l’adoption d’une réglementation répressive par la Chine au cours des deux derniers mois.
  • Le discours qu’a prononcé le président de la Fed Jerome Powell au symposium économique de Jackson Hole a confirmé la réduction clairement annoncée des achats d’actifs au quatrième trimestre. La faible réaction des marchés à la suite du symposium confirme que les prix des actifs intégraient des primes de risque négatives avant la réunion. Nous ne nous attendons pas à ce que les communications au sujet des réductions revêtissent autant d’importance à l’avenir. L’attention devrait se tourner vers ce que la Fed a décrit comme des « cibles différentes et beaucoup plus rigoureuses à atteindre avant le relèvement » des taux d’intérêt plus tard l’an prochain.

Nous croyons que l’inflation a atteint un sommet. Notre indicateur de momentum de l’inflation (lancé en mai dernier) laisse entendre que les statistiques sur l’inflation des trois derniers mois aux États-Unis se sont stabilisées et que l’inflation a commencé à se résorber (figure 3). Cette évolution semble corroborer notre thèse selon laquelle la flambée de l’inflation s’avérerait transitoire et que cette dernière reviendrait bientôt à un taux annuel moyen conforme aux dernières années.

Essentiellement, même si plusieurs événements économiques et boursiers pourraient ébranler les marchés à court terme (comme les infections de COVID-19, les communications sur la politique monétaire ou le plafond de la dette et les échéances budgétaires à venir aux États-Unis), notre cadre d’analyse macroéconomique laisse toujours entrevoir une conjoncture favorable pour les actions, les actifs cycliques et les marchés émergents, ce qui nous amène à adopter une tactique d’achat visant à profiter des replis plutôt qu’une stratégie de réduction du risque.

Figure 3 : Indicateur de momentum de l’inflation aux États-Unis et catégories

Source : Bloomberg L.P., données en date du 31 août 2021. Calculs d’Invesco Investment Solutions. L’indicateur de momentum de l’inflation aux États-Unis mesure les variations des statistiques sur l’inflation sur une base mobile de trois mois. Il couvre les prix pour les consommateurs et les producteurs, les sondages sur les attentes inflationnistes, les prix à l’importation, les salaires et les prix de l’énergie. Une lecture positive (négative) dénote que l’inflation moyenne a été en hausse (en baisse) au cours des trois mois précédents.

Positionnement des placements

  • En ce qui concerne les actions, nous privilégions les marchés émergents, compte tenu de leur croissance mondiale supérieure à la normale, de la progression de l’appétit pour le risque et de la dépréciation à moyen terme du dollar américain. Nous continuons de privilégier les facteurs de la (petite) taille et de la valeur dans toutes les régions. De plus, nous penchons pour le facteur du momentum, qui comprend actuellement les titres de valeur et les actions à petite capitalisation, ce qui concentre les risques dans les facteurs cycliques et réduit la diversification du portefeuille par rapport aux dernières années.
  • Du côté des titres à revenu fixe, nous privilégions les titres de créance risqués malgré les écarts de taux serrés, parce que nous sommes en quête de revenu dans un contexte de faible volatilité. Nous surpondérons les obligations à rendement élevé, les prêts bancaires et les titres de créance des marchés émergents au détriment des titres de créance de catégorie investissement et des obligations d’État. Nous préférons les obligations du Trésor américain aux obligations d’État des autres marchés développés en raison des taux de rendement intéressants des premiers.
  • Sur les marchés des changes, nous maintenons la surpondération des devises en prévision d’une dépréciation à long terme du dollar américain. Nous restons optimistes quant aux devises des marchés émergents, compte tenu des évaluations attrayantes, de l’amélioration du cycle et du contexte favorable aux entrées de capitaux. Nous privilégions la roupie indienne, la roupie indonésienne, le rouble russe et le real brésilien. Du côté des marchés développés, nous privilégions l’euro, le yen, le dollar canadien, le dollar de Singapour et la couronne norvégienne, tandis que nous sous-pondérons la livre sterling, le franc suisse et le dollar australien. (Voir la figure 4.)

Figure 4 : Répartition tactique relative des actifs

Source : Invesco Investment Solutions, 31 août 2021. MD = marchés développés. MÉ = marchés émergents. À titre d’illustration seulement.

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

NA8502

Renseignements importants

Header image: Demetr White / Stocksy

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement à venir. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir un exemplaire auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Comme le montre notre recherche précédente, nous définissons les quatre étapes du cycle économique en fonction du niveau prévu et de l’évolution de la croissance économique : la reprise, lorsque la croissance est inférieure à la tendance et s’accélère; l’expansion, lorsque la croissance est supérieure à la tendance et s’accélère; le ralentissement, lorsque la croissance est supérieure à la tendance et ralentit; la contraction, lorsque la croissance est inférieure à la tendance et ralentit.

La taille (dans le contexte des placements factoriels) s’entend du potentiel de rendement supérieur par rapport à l’indice de référence associé aux actions de sociétés relativement plus petites dans l’univers envisagé.

La valeur (dans le contexte des placements factoriels) s’applique aux placements qui se négocient à escompte par rapport à des titres semblables, en fonction de mesures comme la valeur comptable, les bénéfices ou les flux de trésorerie.

Le momentum (dans le contexte des placements factoriels) s’entend du repérage de placements qui affichent un momentum positif (rendements récents solides) ou négatif (rendements récents faibles) afin de calibrer l’exposition du portefeuille à l’un ou l’autre.

Les sociétés qui émettent des actions de qualité peuvent enregistrer des rendements inférieurs aux attentes ou une croissance négative, ainsi qu’un endettement accru, ce qui se traduit par des rendements inférieurs aux attentes ou négatifs pour les actionnaires du Fonds.

L’écart représente la différence entre deux valeurs ou deux rendements d’actifs.

La diversification ne garantit pas de gain et n’élimine pas le risque de pertes.

Les risques liés aux placements dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris sur les marchés émergents, peuvent inclure les fluctuations de change, l’instabilité économique et politique et les particularités fiscales des pays étrangers.

Les placements en titres à revenu fixe sont exposés au risque de crédit de l’émetteur et subissent les effets des variations de taux d’intérêt. Les cours des obligations baissent généralement lorsque les taux d’intérêt augmentent, et vice versa; c’est ce qu’on appelle le risque de taux d’intérêt. Un émetteur peut se retrouver dans l’incapacité de payer les intérêts ou de rembourser le capital, ce qui entraîne une baisse de la valeur de ses titres et de sa cote de crédit.

Les obligations spéculatives comportent un risque plus élevé de défaut ou de fluctuation de prix en raison des variations de la cote de solvabilité de l’émetteur. La valeur des obligations spéculatives fluctue davantage que celle des obligations de grande qualité et peut subir de fortes baisses sur de courtes périodes.

Les émetteurs de titres de créance souverains ou les autorités gouvernementales qui contrôlent le remboursement peuvent être incapables ou réticents à rembourser le capital ou les intérêts lorsqu’ils sont dus, et le Fonds peut avoir un recours limité en cas de défaut. Certains débiteurs gouvernementaux pourraient être en mesure de reporter les paiements de remboursement ou de restructurer leurs dettes ou de déclarer un moratoire sur les paiements, et ce, sans l’approbation des détenteurs de titres de créance.

La valeur en dollars des placements étrangers est tributaire des variations du taux de change entre le dollar et la devise dans laquelle ces placements sont négociés.

Les actions de petites et moyennes entreprises ont tendance à être davantage exposées aux changements défavorables et peuvent être plus volatiles ou moins liquides, ou être soumises à des restrictions relativement à leur revente.

Dans le cas d’un placement de style valeur, il existe un risque que les évaluations ne s’améliorent pas ou que les rendements soient inférieurs à ceux d’autres styles de placement ou de l’ensemble des marchés boursiers.

Rien ne garantit que ces prévisions ou ces perspectives se révéleront exactes.

Les opinions mentionnées ci-dessus sont celles des auteurs en date du 10 septembre 2021. Les commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration de thèmes généraux. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les résultats futurs. Ils comprennent des risques, des incertitudes et des hypothèses. Il n’est pas garanti que les résultats réels ne seront pas considérablement différents des attentes.