Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Talley Léger | 22 juin 2020

Repli à court terme, tendance haussière à long terme

Le 13 mars 2020, nous avons commencé à parler1 d’une série d’indicateurs tactiques de creux de marché3 qui montrent des signes de positionnement qui reflète une extrême aversion au risque, qui étaient favorables à une perspective de placement à contre-courant et à écrire2 sur ce sujet. L’un de ces indicateurs est le ratio des options de vente aux options d’achat du Chicago Board Options Exchange (CBOE). Nous étions loin de nous en douter à ce moment-là, mais dix jours plus tard, l’indice S&P 500 affiche ce qui semble maintenant être un creux cyclique majeur.

 

Qu’est-ce que le ratio des options de vente aux options d’achat du CBOE et quelle importance a-t-il?

Le ratio des options de vente aux options d’achat est une mesure des positions vendeur (options de vente) par rapport aux positions acheteur (options d’achat) provenant du marché des options et lorsque le ratio est supérieur à 1, cela signale qu’il y a plus de vendeurs que d’acheteurs (ou un sentiment extrêmement pessimiste), ce qui coïncide habituellement avec un creux majeur du marché. Le 12 mars 2020, le ratio des options de vente aux options d’achat a atteint 1,28, son plus haut niveau depuis 20084, lorsque les marchés se trouvaient au pire de la Grande récession et de la crise financière mondiale, ce qui signifie que le positionnement d’aversion au risque était disproportionné et que les investisseurs étaient extrêmement pessimistes.

 

Le ratio des options de vente aux options d’achat nous a bien servis il y a trois mois, mais que nous dit-il aujourd’hui?

Malheureusement, il pourrait y avoir un accroc, du moins temporaire, dans le scénario optimiste. La récente poussée de 44 % du creux au pic de l’indice S&P 500 a comprimé le ratio des options de vente aux options d’achat à 0,37 le 8 juin 2020, son plus bas niveau depuis 2010, juste avant le sommet de la crise de la dette souveraine en Europe. Autrement dit, le positionnement en faveur du risque a atteint un sommet extrême, au point où les spéculateurs haussiers sont omniprésents, ce qui fait augmenter les probabilités d’un repli boursier à court terme semblable à ceux de 2018, 2015 et 2011.

 

Figure 1. Trop d’acheteurs, pas assez de vendeurs

Actions américaines (panneau du haut) et positionnement des vendeurs/acheteurs (panneau du bas) depuis 2008

[translations]

Ratio = Ratio
Index = Indice
3,500 = 3 500; 1.5 = 1,50 and so on
S&P 500 = S&P 500
A ratio less than 1 indicates more buyers than sellers, usually aligning with market tops. = Un ratio inférieur à 1 indique qu’il y a plus d’acheteurs que de vendeurs et survient habituellement autour des sommets des marchés boursiers.
CBOE Equity Put/Call Ratio = Ratio des options de vente aux options d’achat du CBOE
30-Day Moving Average = Moyenne mobile sur 30 jours

Source : Bloomberg L.P., Invesco, 11 juin 2020. Remarques : CBOE = Chicago Board Options Exchange. Le ratio des options de vente aux options d’achat du CBOE est une mesure des positions vendeur (options de vente) par rapport aux positions acheteur (options d’achat) provenant du marché des options et lorsque le ratio est inférieur à 1, cela signale un sentiment extrêmement optimiste des investisseurs. Il est impossible d’investir directement dans un indice. Les rendements passés ne garantissent pas les rendements futurs.

 

Malgré le positionnement des investisseurs, peut-on entrevoir un scénario pessimiste?

À notre avis, le scénario pessimiste inclut les cinq éléments énumérés ci-dessous :

1) La crainte d’une deuxième vague potentiellement mortelle d’infection au coronavirus, alors que l’économie rouvre et que nous approchons d’un temps plus frais d’automne; 2) le risque d’une boucle de rétroaction négative entre les actions et le produit intérieur brut (PIB) et le bénéfice par action (BPA) du T2-2020; 3) une recrudescence des tensions entre les États-Unis et la Chine; 4) la surévaluation des titres; et 5) la conjoncture de surachats tactiques, telle que mentionnée. Ce sont tous des éléments valides qui pourraient agir comme catalyseurs d’un repli boursier à court terme.

 

Figure 2. Les optimistes finissent toujours par l’emporter

Cinq éléments de pessimisme (scénario pessimiste) Dix éléments d’optimisme (scénario optimiste)
1. Deuxième vague potentielle d’infection au coronavirus 1. Soutien monétaire massif, sans précédent et concerté
2. Risque d’une boucle de rétroaction négative entre les actions et le PIB 2. Soutien budgétaire massif, sans précédent et concerté
3. Recrudescence des tensions entre les États-Unis et la Chine 3. Positionnement prudent des investisseurs
4. Surévaluation 4. Pessimisme des investisseurs
5. Conjoncture de surachats tactiques 5. Conjoncture structurelle de survente
6. Plafonnement ou nivellement du nombre de cas quotidiens d’infection au coronavirus
7. Traitement potentiel pour lutter contre la maladie
8. Vaccin potentiel contre le virus
9. Statistiques économiques très fréquentes qui vont en s’améliorant
10. Réouverture de l’économie

 

Source : Invesco, 11 juin 2020. Remarques : PIB = produit intérieur brut. BPA = bénéfice par action.

 

Qu’en est-il du scénario optimiste?

Cela étant dit, nous demeurons enthousiastes quant à l’étendue et à la portée du scénario optimiste, qui inclut les dix éléments énumérés ci-dessous :

1) Un soutien monétaire massif, sans précédent et concerté; 2) des mesures de relance budgétaires tout aussi impressionnantes; 3) un positionnement prudent des investisseurs, qui se manifeste par une forte proportion d’encaisse et des positions vendeur nettes sur actions; 4) le pessimisme des investisseurs exprimé par les sorties de fonds continuelles des marchés boursiers et la présence de plus d’investisseurs pessimistes qu’optimistes selon les sondages; 5) une conjoncture structurelle de survente, comme en témoigne les rendements totaux des marchés boursiers sur des périodes mobiles de 20 ans; 6) le plafonnement ou le nivellement du nombre de cas quotidiens d’infection au coronavirus; 7) la recherche et le développement d’un traitement potentiel par une multitude de sociétés des quatre coins du monde qui en est aux essais sur les humains; 8) la recherche et le développement d’un vaccin potentiel contre le virus qui évolue sensiblement au même rythme; 9) les statistiques économiques très fréquentes, comme le nombre de premières demandes de prestations d’assurance-chômage, qui vont en s’améliorant; et 10) l’économie qui rouvre et l’activité qui évolue dans la bonne direction, comme en témoigne le volume quotidien des données mobiles.

 

Sommes-nous en présence d’un marché baissier cyclique dans un marché haussier prolongé ou d’un marché haussier cyclique dans un marché baissier prolongé?

Bien que cela puisse sembler une tâche ardue, nous croyons qu’il est possible de faire la différence entre les marchés haussiers et baissiers prolongés. Selon le dicton, la tendance est votre amie, sauf à la fin, lorsqu’elle amorce une baisse. Jusqu’à présent, les marchés haussiers prolongés n’ont jamais pris fin tant que les marchés boursiers n’ont pas généré des rendements totaux annualisés sur 20 ans entre 11 et 15 %. Or, dans la conjoncture actuelle, les taux de rendement sur 20 ans demeurent bas, à un point tel qu’ils correspondent davantage au profil d’un marché haussier prolongé qui en est à ses tout débuts, plutôt qu’en fin de cycle.

 

Figure 3. La tendance est votre amie, sauf à la fin, lorsqu’elle amorce une baisse

Rendements totaux des actions américaines sur des périodes mobiles de 20 ans depuis 1948 (tendance et hausses et baisses extrêmes)

[translations]

20-Year % Change, Annualized = Variation annualisée sur 20 ans en %
18% = 18 % and so on
Secular bear = Marché baissier prolongé
Secular bull = Marché haussier prolongé
Secular bear Markets = Marchés baissiers prolongés
S&P 500 Total Return Index = Indice de rendement total S&P 500
Trend = Tendance
+/- SE = +/- ET

Source : Bloomberg L.P., Invesco, au 31 mars 2020. Remarques : Rendements annualisés sur des périodes mobiles de 20 ans de l’indice de RG S&P 500, calculés en utilisant les données trimestrielles. ET = erreur-type. Les zones en gris foncé correspondent aux marchés baissiers prolongés sur les marchés boursiers américains. Les zones en gris pâle correspondent aux marchés haussiers prolongés sur les marchés boursiers américains. Il est impossible d’investir directement dans un indice.Les rendements passés ne garantissent pas les rendements futurs.

 

Étant donné que nous vivons l’un des plus grands événements économiques de l’histoire moderne, force est d’admettre que nous sommes surpris par la reprise boursière en V et par le fait que les actions n’ont pas encore testé le creux de mars. Or, si l’on se fie à certains indicateurs tactiques d’étendue et de positionnement que nous surveillons, on peut s’attendre à un repli boursier à court terme. Mis à part la volatilité à court terme, nous croyons que le scénario optimiste à long terme (10 éléments d’optimisme) l’emporte sur le scénario pessimiste (5 éléments de pessimisme). Voilà pourquoi nous sommes d’avis que les investisseurs auraient intérêt à conserver leur exposition structurelle aux actions pendant la prochaine année.

 

 

 

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Notes de bas de page

1 Source : BNN Bloomberg, Why this strategist sees long-term investment opportunities post-Covid 19 chaos, 03/13/20.

2 Source : Invesco, Du chaos peuvent émerger des occasions de placement, 19 mars 2020.

3 Source : Invesco, À la recherche de signes d’un creux boursier, 1er avril 2020.

4 Source : Bloomberg L.P., 31 mai 2020

Renseignements importants

Image d’en-tête du blogue : Schira Kosmin Rudi / EyeEm/ Getty

Le placement à contre-courant est un style de placement en vertu duquel les investisseurs vont délibérément à l’encontre des tendances du marché en vendant lorsque d’autres achètent et en achetant lorsque la plupart des investisseurs vendent.

Une option de vente est un instrument qui confère à son détenteur le droit de vendre un actif à un prix convenu au cours d’une période donnée à l’auteur de l’option.

Une option d’achat est un instrument qui confère à son détenteur le droit d’acheter un actif à un prix convenu au cours d’une période donnée à l’auteur de l’option.

Le PIB désigne la valeur totale de tous les produits finis et services produits à l'intérieur des frontières des États-Unis au cours d'une période donnée.

Le BPA désigne la valeur totale des bénéfices d’une société américaine divisée par les actions ordinaires en circulation de cette même société.

L’erreur-type est un terme statistique qui mesure la précision avec laquelle la distribution d’un échantillon représente une population en utilisant l’écart-type.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

La décision à savoir si, quand et comment utiliser les options fait appel à la compétence et au bon jugement de l’investisseur et même une opération d’option bien conçue peut être infructueuse en raison du comportement du marché ou d’événements inattendus. Les cours des options sont parfois très volatils et l’utilisation des options peut faire chuter les rendements totaux.

En règle générale, le cours des actions fluctue, parfois même considérablement, en réaction aux activités de la société émettrice, ainsi qu’à la conjoncture des marchés en général, à la situation économique et au climat politique.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles des auteurs au 12 juin 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes. Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les opinions exprimées sont celles des auteurs et sont basées sur les conditions boursières actuelles, qui peuvent changer sans préavis. Ces opinions peuvent différer de celles des autres spécialistes des placements d’Invesco.