Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Alessio De Longis | 19 juin 2020

Réponses à vos questions sur l’inflation, la répartition des actions et l’or

Récemment, j’ai présenté un webinaire qui faisait état des trois scénarios possibles que l’équipe de Solutions de placement Invesco entrevoit au cours des 12 à 15 prochains mois. Nous avons créé trois courtes vidéos qui décrivent les scénarios de base, optimiste et pessimiste que j’ai abordés. Nous avions prévu une période de questions, mais n’avons pas eu suffisamment de temps pour répondre à toutes les questions. Je tenais à répondre à quelques-unes d’entre elles.

 

Q : Entrevoyez-vous une hausse du taux d’inflation d’ici cinq ans et recommanderiez-vous l’ajout d’actifs réels à un portefeuille?

R : Je crois que le taux d’inflation va demeurer bas pendant encore longtemps et que nous devrions nous préoccuper davantage d’une conjoncture désinflationniste, voire même déflationniste compte tenu de l’énorme capacité de main-d’œuvre et de production excédentaire. En outre, la gigantesque dette excédentaire que nous allons probablement accumuler à l’échelle mondiale devrait entraîner une augmentation significative de l’épargne dans le secteur privé, ce qui va accentuer les pressions désinflationnistes, comme ce fut le cas au Japon et en Europe au cours des dernières décennies. Par conséquent, du point de vue de la répartition stratégique de l’actif, nous ne voyons aucune bonne raison économique de surpondérer les actifs réels, mais la diversification demeure probablement un avantage.

 

Q : Pouvez-vous développer sur la composition du volet actions de vos portefeuilles? Dans quels types d’actions investissez-vous? Privilégiez-vous certaines régions ou certains secteurs?

R : En ce qui a trait aux pondérations régionales, nous surpondérons les actions des marchés émergents par rapport à celles des marchés développés. Pour ce qui est des expositions factorielles, nous surpondérons certaines capitalisations (en l’occurrence les sociétés à petite et à moyenne capitalisations) et les titres de valeur. Nos pondérations sectorielles découlent de nos expositions factorielles, qui, aujourd’hui, se traduisent par une surpondération des secteurs des services financiers, de l’industrie et des matériaux et une sous-pondération des secteurs des services de communication, des soins de santé et des technologies de l’information.

 

Q : Que pensez-vous de l’or et incluez-vous des lingots dans vos portefeuilles?

R : En règle générale, nous n’investissons pas dans l’or, car nous ne pensons pas que la prime de risque est positive à longue échéance, mais aussi en raison de sa volatilité et de sa corrélation très instable avec les autres catégories d’actifs. Bien que les avantages soient évidents au chapitre de la diversification du portefeuille, nous cherchons généralement à en bénéficier en ayant recours à d’autres stratégies assorties d’une prime de risque. Cela étant dit, je crois que l’or devrait être avantagé pendant le cycle de dépréciation du dollar américain, qui, selon nous, devrait être le régime de change en vigueur au cours de la prochaine décennie.

 

L’équipe de Solutions de placement Invesco a recours à la science du placement factoriel pour combiner des stratégies actives et passives et créer des portefeuilles qui conviennent à divers objectifs de placement. Vous pouvez en savoir plus sur notre façon de procéder en visitant le http://www.invesco.ca/portefeuillesgeres

 

 

 

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

†La déflation désigne une baisse généralisée des prix dans une économie, tandis que la désinflation correspond à un ralentissement temporaire de l’inflation des prix.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteur au 17 juin 2020. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les épargnants devraient toujours consulter leur conseiller financier avant de prendre des décisions de placement.