Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Talley Léger | 21 octobre 2021

Trois « craintes » du marché qui pourraient devenir moins effrayantes après l’Halloween

Les investisseurs craignent plusieurs problèmes. Toutefois, Talley Léger estime que l’inflation, les préoccupations à l’égard de la croissance en Chine et les cas de coronavirus devraient s’estomper avec le temps.

L’Halloween approche à grands pas et les investisseurs craignent un certain nombre de problèmes réels. Heureusement, je crois que nous observons des signes indiquant que ces préoccupations devraient devenir moins inquiétantes avec le temps. J’aborderai ci-dessous trois de ces questions en particulier : L’inflation, la croissance économique en Chine et les cas de coronavirus.

Première crainte – L’inflation

D’abord et avant tout, les investisseurs craignent l’inflation qui accable actuellement le marché. Comme le montre la figure 1, l’inflation des dépenses personnelles de base aux États-Unis (qui exclut les prix des aliments et de l’énergie) a bondi de plus de 3,6 % sur 12 mois, soit le rythme le plus rapide depuis le début des années 1990. Toutefois, l’inflation des prix du pétrole, un facteur clé del’inflation globale, a fortement ralenti, car les prix du pétrole ont augmenté à un rythme nettement plus lent. À mon avis, la forte influence et la caractéristique dominante du pétrole laissent entrevoir une baisse de l’inflation non alimentaire et énergétique, mais avec un effet retardé.

Figure 1 : Alerte au divulgâcheur – les prix du pétrole laissent-ils entrevoir la fin de ce scénario d’inflation « effrayant »?

Inflation des prix du pétrole (bleu foncé, avancée) et inflation des dépenses personnelles de base (bleu pâle) depuis 2013

Sources : FRED, Macrobond, Invesco, 30 septembre 2021. Remarques : WTI = West Texas Intermediate. DPC = dépenses personnelles de consommation. Les zones grisées représentent les récessions économiques aux États-Unis, telles que définies par le National Bureau of Economic Research. Rien ne garantit que ces prévisions se concrétiseront. Il est impossible d’investir dans un indice. Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs.

De plus, comme le montre la figure 2, l’indice médian des prix à la consommation aux États-Unis, une mesure statistique simple qui exclut les valeurs aberrantes volatiles, demeure à un taux annuel relativement calme, modéré et soutenu de 2,8 % sur 12 mois, encore plus qu’il ne l’était au moment de la grande récession et de la crise financière mondiale de 2008-2009. À cette époque, une inflation globale tout aussi effrénée a finalement cédé la place à une forte désinflation, voire à une déflation, un processus qui, il faut l’admettre, a pris la majeure partie de l’année pour suivre son cours.

Figure 2 : L’inflation ralentira-t-elle comme elle l’a fait en 2008-2009?

Inflation tendancielle des prix à la consommation aux États-Unis (bleu foncé) et inflation globale des prix à la consommation aux États-Unis (bleu pâle) depuis 2007

Sources : FRED, Macrobond, Invesco, 30 septembre 2021. Remarque : Les zones grisées représentent les récessions économiques aux États-Unis, telles que définies par le National Bureau of Economic Research. Il est impossible d’investir dans un indice. Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs.

Certes, le contexte est différent de celui d’il y a plus de 12 ans. En effet, les consommateurs et les banques américains sont en bonne santé par comparaison, et la vigueur de l’économie intérieure a fait grimper les prix des biens et des services très visibles à court terme.

Est-il possible que les perspectives tactiques et structurelles à l’égard de l’inflation soient justes? Après un rebond rapide de la relance, en supposant que les goulots d’étranglement liés à la production et les pénuries de main-d’œuvre liés à la pandémie finissent par se résorber, sommes-nous destinés à revenir à l’environnement économique déficient sur le plan structurel d’avant la pandémie? Cela pourrait se produire si les forces à long terme qui plafonnent l’inflation tendancielle demeurent en place. Le temps nous le dira, comme toujours, mais je préfère ce dernier point de vue en tant qu’investisseur à long terme.

Deuxième crainte – La croissance en Chine

Les indicateurs économiques avancés diminuent dans toutes les régions, ce qui comprend un ralentissement marqué dans la deuxième économie mondiale, la Chine. En effet, le rythme de la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de la Chine qui se situait dans les deux chiffres au premier trimestre de cette année a diminué pour se placer dans les 5 % à 10 % au deuxième trimestre.

Pourquoi? Après une campagne de relance qui a connu un succès phénoménal en 2020, les autorités chinoises ont mis les freins au début de 2021 – ce qui s’est traduit en partie par une hausse temporaire des taux interbancaires à Shanghai – pour limiter l’effervescence et l’excès qui, selon elles, se développaient. Par conséquent, les actions chinoises ont été à la traîne de leurs homologues américaines cette année, ce qui s’ajoute à un ralentissement de la croissance monétaire1.

Figure 3 : Les actions chinoises ont souffert du ralentissement de la croissance monétaire

Croissance de la masse monétaire (bleu foncé) et rendements boursiers (bleu pâle) en Chine depuis 2000

Sources : Bloomberg L.P., Macrobond, Banque populaire de Chine, Invesco, 30 septembre 2021. CN = Chine. SSE = Shanghai Stock Exchange. M1
et l’indice composé SSE sont en yuans. Il est impossible d’investir dans un indice. Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs.

La réaction excessive de Beijing et le ralentissement économique qu’elle a provoqué ont également mis à mal les meneurs des marchés boursiers cycliques aux États-Unis, ce qui, selon moi, a constitué un autre point d’entrée intéressant pour les investisseurs patients.

Intuitivement, il existe un lien étroit entre la croissance de la masse monétaire et les rendements boursiers au fil du temps. Après tout, l’argent va généralement là où il est le mieux traité. Et lorsqu’il y a des liquidités excédentaires dans le système financier, elles ont tendance à se retrouver d’abord sur le marché boursier.

Heureusement, les autorités monétaires chinoises ont réduit les réserves obligatoires que doivent maintenir leurs banques, injecté des capitaux dans leur système et favorisé une nouvelle baisse des taux interbancaires. Dans le passé, les baisses de taux d’intérêt ont été suivies d’une accélération de la croissance de la masse monétaire après environ six mois, comme le montre la figure 4. Si cette corrélation se maintient, je m’attends à ce qu’une vague de capitaux se propage pour stimuler les actions chinoises et des marchés émergents en général.

Figure 4 : Les baisses de taux décrétées par Beijing aujourd’hui pourraient se traduire par une augmentation de la masse monétaire demain, ce qui pourrait être de bon augure pour les actions chinoises et des marchés émergents Taux d’intérêt institutionnel (bleu foncé, inversé, avancé) et croissance de la masse monétaire (bleu pâle) en Chine depuis 2008

Sources : Bloomberg L.P., Macrobond, Banque populaire de Chine, Invesco, 30 septembre 2021 Remarques : SHIBOR = Shanghai Interbank Offered Rate. CN = Chine. Indice M1 en yuans. Rien ne garantit que ces prévisions se concrétiseront. Il est impossible d’investir dans un indice. Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs.

Troisième crainte – Les cas de SRAS-CoV-2

Je ne suis pas virologue, je suis seulement stratège en placement. Toutefois, en ce qui concerne les variants du coronavirus, je crois que le dernier graphique peut rassurer les investisseurs.

Le nombre effectif de reproducteurs (Rt) du coronavirus est le nombre moyen de personnes qu’une personne infectée un jour donné (t) devrait infecter. Lorsque le Rt est supérieur à 1, nous nous attendons à ce que le nombre de cas augmente dans un proche avenir. Lorsque le Rt est inférieur à 1, nous nous attendons à ce que le nombre de cas diminue dans un proche avenir.

Fait encourageant, le Rt a fortement reculé par État américain, ce qui signifie que les personnes nouvellement infectées contaminent d’autres personnes (ce qu’on appelle les « infections secondaires ») à un rythme décroissant. Cela montre un bon potentiel pour le nombre de cas coïncidents aux États-Unis, qui est inférieur d’environ un mois au nombre de Rt (figure 5)!

Figure 5 : Les personnes nouvellement infectées contaminent les autres à un rythme décroissant

Nombre d’États américains aux prises avec des infections secondaires croissantes (bleu foncé, avancé) et cas américains (bleu pâle) depuis 2020

Sources : Bloomberg L.P., Covidestim, Renaissance Macro Research, Invesco, 11 octobre 2021. Remarques : Rt = Nombre reproductif effectif du coronavirus. Cas confirmés de coronavirus (SRAS-CoV-2) compilés par Bloomberg. Les chiffres peuvent changer en fonction des études et des cas confirmés par les pouvoirs publics. Les données sont fondées sur les valeurs publiées à minuit HNE. Il n’est pas possible d’investir dans un indice. Rien ne garantit que ces prévisions se concrétiseront. Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs.

Ayez du courage

En fin de compte, les conditions financières demeurent historiquement souples, et les autorités demeurent généralement favorables à la croissance économique, bien qu’à un rythme plus durable. Dans un contexte d’expansion économique soutenue, je crois que les actions et les obligations de sociétés sont les catégories d’actif de choix.

Les effets de la pesanteur et les lois naturelles laissent entrevoir un ralentissement, mais aussi des rendements positifs pour les secteurs cycliques au cours de la prochaine année. Autrement dit, l’approche cyclique (p. ex., les obligations de sociétés, les actions, les secteurs sensibles à l’économie) peut toujours fonctionner, mais tout simplement pas aussi bien que l’année dernière, selon moi.

À un moment donné, les rendements cycliques pourraient même se redresser à mesure que les craintes actuelles commencent à s’estomper. Rappelons que le cycle économique le plus long jamais enregistré a été confronté à de nombreuses difficultés qui se sont révélées être des occasions d’achat, notamment la crise de la dette dans la zone euro en 2011, l’atterrissage brutal en Chine en 2015-2016 et les guerres commerciales de 2018-2019.

Dans ce contexte, je crois que les investisseurs devraient se concentrer sur les régions, les pays, les catégories d’actif et les segments de marché procycliques de leurs portefeuilles.

1 En monnaie locale, la Bourse de New York a progressé de 11 % et la Bourse de Shanghai, de seulement 3 % depuis le début de l’année en date du 15 octobre 2021. Les rendements passés ne garantissent pas les rendements futurs.

Autres blogues de Talley Léger

Les marchés boursiers flairent-ils déjà une récession économique?
20 mai 2022

À quelle étape du cycle des bénéfices des entreprises américaines en sommes-nous?
18 mai 2022

Banque du Canada : c’est parti
2 mars 2022

Comment les investisseurs devraient-ils être positionnés lors d’un cycle de resserrement de la Réserve fédérale américaine?
16 février 2022

La Banque du Canada se montre belliciste, mais laisse les taux inchangés
26 janvier 2022

Défis et occasions parmi les actions des marchés émergents
17 janvier 2022

Le bon côté de l’inflation et la façon dont les investisseurs peuvent en profiter
26 novembre 2021

Trois « craintes » du marché qui pourraient devenir moins effrayantes après l’Halloween
21 octobre 2021

Le plus gros de la domination des actions cycliques est-il derrière nous?
19 juillet 2021

Le meilleur reste-t-il à venir pour les actions américaines?
14 juin 2021

La faiblesse du dollar américain durera-t-elle?
19 mars 2021

La hausse des taux obligataires sonnera-t-elle le glas du marché haussier des actions?
4 mars 2021

Les investisseurs devraient-ils consacrer plus de temps à l’examen des risques de hausse?
4 novembre 2020

Les effets saisonniers des élections américaines et la faiblesse des taux d’intérêt soutiennent les actions
25 septembre 2020

La force de l’or se révèle dans l’adversité
8 septembre 2020

Réponses aux questions urgentes des investisseurs
24 juillet 2020

Repli à court terme, tendance haussière à long terme
22 juin 2020

Cinq choses à savoir sur les actions des marchés chinois et émergents
28 mai 2020

Du chaos peuvent émerger des occasions de placement
23 mars 2020

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA9474

Image de l’en-tête : Kathryn Swayze / Stocksy

Ce document fait référence au marché américain et son contenu peut ne pas s’appliquer au Canada.

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif de leur rendement à venir. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir un exemplaire auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Tout placement comporte un risque, y compris un risque de perte.

De façon générale, la valeur des actions fluctue, parfois beaucoup, à la suite d’activités propres à la société concernée ou en fonction des conditions du marché, de l’économie ou de la situation politique.

Les placements dans des sociétés situées dans la Chine élargie ou qui y exercent leurs activités sont exposés aux risques suivants : nationalisation, expropriation ou confiscation de biens, difficulté à obtenir ou à faire appliquer des jugements, modification ou interruption des réformes économiques, conflits militaires et dépendance de la Chine à l’égard des économies d’autres pays asiatiques, dont bon nombre sont des pays en développement.

Les risques liés aux placements dans des titres d’émetteurs étrangers, y compris sur les marchés émergents, peuvent inclure les fluctuations de change, l’instabilité économique et politique et les particularités fiscales des pays étrangers. Une action cyclique est un titre de participation dont le cours évolue selon les hauts et les bas de l’ensemble de l’économie.
Une action défensive est un titre de participation dont le cours n’est pas fortement corrélé à l’ensemble du cycle économique.
Le West Texas Intermediate (WTI) est un type de pétrole brut léger et non corrosif.

L’indice des prix des dépenses personnelles de consommation (DPC) excluant les aliments et l’énergie, aussi appelé indice de base des prix des DPC, est publié dans le cadre du rapport mensuel sur les revenus et dépenses des particuliers. L’indice de base permet d’observer plus facilement l’inflation tendancielle sous-jacente en excluant deux catégories, l’alimentation et l’énergie, pour lesquelles les prix ont tendance à fluctuer plus fortement et plus souvent que les autres prix. L’indice de base des prix des DPC est suivi de près par la Réserve fédérale américaine dans le cadre de sa politique monétaire.

L’indice des prix à la consommation (IPC) mesure la variation des prix à la consommation, telle que déterminée par le Bureau of Labor Statistics des États Unis. L’IPC de base exclut les prix des aliments et de l’énergie.

Le produit intérieur brut est un indicateur général de l’activité économique d’une région qui mesure la valeur monétaire de tous les biens finis et services produits dans cette région sur une période donnée.

La reflation est le fruit des efforts déployés par un gouvernement dans le cadre de sa politique monétaire ou budgétaire pour accroître la production, stimuler les dépenses et inverser les effets négatifs de la déflation qui se produit habituellement aux alentours des récessions économiques.

La masse monétaire M1 est une mesure de la masse monétaire qui comprend la monnaie matérielle, les dépôts à vue, les chèques de voyage et les autres dépôts avec privilège de chèques. Elle ne comprend pas les actifs financiers, comme les comptes d’épargne et les obligations.

L’indice composé de la Bourse de Shanghai est un indice pondéré selon la capitalisation boursière qui suit le rendement quotidien de toutes les actions de série A et de série B inscrites à la Bourse de Shanghai.

Le taux interbancaire offert à Shanghai (Shibor) est un taux de référence quotidien fondé sur les taux d’intérêt auxquels les banques offrent de prêter des fonds non garantis à d’autres banques du marché monétaire de gros de Shanghai.

Les opinions mentionnées ci-dessus sont celles de l’auteur en date du 15 octobre 2021. Les commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration de thèmes généraux. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas les résultats futurs. Ils comprennent des risques, des incertitudes et des hypothèses; il n’est pas garanti que les résultats réels ne seront pas considérablement différents des attentes.