Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Marina Pomerantz | 3 février 2016

Visa est-elle toujours partout où vous souhaitez être?

Tout le monde connaît Visa et bon nombre d’entre nous utilisent ses services, mais s’agit-il d’une société attrayante pour les investisseurs? Est-elle en pleine croissance? S’adapte-t-elle aux nouvelles technologies? Selon nous, il s’agit d’un bon placement – particulièrement à l’heure actuelle. Comme toujours, notre thèse repose sur nos quatre critères de qualité, ce que les membres de l’équipe des actions mondiales Trimark appellent la « méthode FCRA ».

Quels sont les services offerts par Visa?

À l’échelle planétaire, plus de 40 %1 des achats mondiaux sont effectués par l’entremise du réseau Visa, le réseau de paiement de consommateurs le plus important au monde. En comparaison, Mastercard, son concurrent immédiat, possède des parts de marché de 27 %1. Visa génère des revenus en facturant des frais à ses clients (les émetteurs et les marchands) basés sur le montant et le nombre des transactions.

Le réseau constitue un circuit ouvert, ce qui signifie qu’il octroie des licences pour la marque Visa à des institutions financières qui émettent et commercialisent des cartes de crédit et de débit. Visa ne souscrit aucun crédit à la consommation et ne soutient pas le risque sous-jacent. La société offre également des cartes de débit, des systèmes de paiement en ligne, des cartes à puce intelligentes et des chèques de voyage.

Selon la méthode FCRA, s’agit-il d’une société de grande qualité?

Pour répondre à cette question, nous analysons les quatre critères clés de la méthode FCRA ci-dessous :

Flux de trésorerie disponibles

Au cours des dix dernières années, les taux de conversion des flux de trésorerie disponibles de Visa se chiffraient à près de 90 %2 en moyenne. Le manque à gagner des flux de trésorerie disponibles par rapport aux bénéfices est imputable aux changements périodiques apportés au capital du réseau Visa. En effet, lorsque Visa fait l’acquisition de nouveaux comptes d’émetteur ou conclu des ententes avec de nouveaux marchands (comme l’entente de 2013 avec JP Morgan par exemple), les créances et certains autres actifs à court terme de la société augmentent parfois par rapport aux sommes à verser, créant ainsi un manque à gagner temporaire des flux de trésorerie par rapport aux bénéfices.

Croissance organique

La croissance interne des revenus de Visa s’établit en moyenne à plus de 10 % par année depuis 20082 et celle-ci est accompagnée par un accroissement des marges d’exploitation. La croissance des revenus provient d’une combinaison des éléments suivants :

  • Volumes des transactions des consommateurs
  • Nouveaux clients
  • Hausse des transactions transfrontalières dans les pays développés

Visa est appelée à améliorer davantage sa rentabilité. La société a annoncé son intention d’acheter Visa Europe qui appartient présentement à un consortium de banques européennes après avoir obtenu son indépendance en 2007. Visa Europe constitue présentement un centre de coûts et Visa devrait être capable de la rendre plus rentable après son acquisition grâce à l’intégration de systèmes informatiques et de processus administratifs.

De plus, voici certains des moteurs structurels de la croissance à long terme :

  • Augmentation des transactions électroniques
  • Hausses des paiements mobiles
  • Pénétration dans le secteur des paiements électroniques dans les marchés émergents (où la plupart des transactions sont toujours effectuées en espèces)3

Rendement du capital investi

Au cours des dix dernières années, Visa a généré un rendement de plus de 20 %4 à partir de ses biens corporels investis. Les marges d’exploitation élevées de la société ont été partiellement compensées par les besoins d’investissement dans l’infrastructure du réseau et dans les systèmes commerciaux ainsi que par les fluctuations du capital causées par l’acquisition de nouveaux clients. Le rendement de plus de 20 % généré par les biens corporels investis demeure protégé par l’avantage concurrentiel viable de l’entreprise, décrit ci-après.

Avantage concurrentiel viable

La position de chef de file de Visa dans l’industrie du paiement constitue un avantage concurrentiel durable. Il s’agit du réseau de paiement le plus accepté dans le monde par les marchands et les détenteurs de cartes. Comme je l’ai mentionné précédemment, 40 %1 des transactions à l’échelle mondiale sont effectuées par le biais du réseau Visa et l’adoption généralisée de ses services d’autorisation, de traitement et de règlement crée un effet boule de neige, attirant encore plus de titulaires et d’émetteurs de cartes vers la plateforme.

Visa a conclu des ententes avec des milliers de banques émettrices et de marchands dans plus de 200 pays à l’échelle mondiale et chacun de ces accords a été négocié individuellement conformément aux cadres réglementaires locaux2. Ces contrats ont une durée de trois à plus de 10 ans. Essentiellement, il serait difficile pour un concurrent de déloger Visa dans une période de temps raisonnable.

De plus, Visa est en mesure d’utiliser son pouvoir de fixation des prix compte tenu de la défragmentation considérable des institutions financières et des marchands avec lesquels elle fait affaire. C’est le cas notamment en raison de la hausse de popularité des transactions transfrontalières B2B et B2C.

Finalement, les titulaires de cartes et les marchands ont confiance en la marque Visa, ce qui permet à la société de négocier des frais attrayants, particulièrement dans les marchés émergents où de nombreux consommateurs commencent à utiliser des plateformes de paiements électroniques.

Ces avantages procurent à Visa les marges d’exploitation les plus élevées dans l’industrie du paeiment5, lui permettant d’investir davantage dans des activités de marketing et d’augmenter davantage ses marges par conséquent puisque ces dépenses en marketing sont distribuées sur une base de revenu encore plus grande. La forte rentabilité de l’entreprise lui permet d’offrir certains incitatifs attrayants (c.-à-d. des rabais sur les frais) aux nouveaux clients pour les encourager à joindre le réseau Visa bien établi, contribuant davantage à l’effet boule de neige.

Prochaines étapes

Dans l’ensemble, nous sommes à la recherche de sociétés qui sont en mesure d’accélérer leur valeur au fil du temps, ce que Visa a prouvé par le passé en faisant progresser sa capitalisation boursière de plus de 30 % annuellement au cours des cinq dernières années. En plus d’analyser la qualité de l’entreprise, nous évaluons le talent et les antécédents des dirigeants pour nous assurer que leurs priorités sont alignées avec les nôtres à titre d’actionnaires. C’est seulement après avoir conduit ces recherches que nous pouvons déterminer la valeur intrinsèque d’une compagnie et le prix auquel nous serons prêts à y investir. Il s’agit de la méthode rigoureuse que notre équipe, menée par Michael Hatcher, utilise dans le cadre de chaque placement dans les fonds.

1 Source : Nilson 2014 Global Payments Report.
2 Source : Dépôt du rapport 10-K de Visa Inc. auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis.
3 Capgemini World Payments Report 2013
4 Source : Dépôt du rapport 10-K de Visa Inc. auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, estimations d’Invesco Canada.
5 Source : Invesco Canada, au 31 décembre 2015.

Remarques :
La société ci-dessus a été choisie à des fins d’illustration seulement et ce choix ne vise pas à prodiguer des conseils spécifiques en matière de placement.

Les flux de trésorerie disponibles sont une mesure du rendement financier et sont calculés en soustrayant les dépenses en capital des flux de trésorerie d’exploitation. Ils représentent l’encaisse qu’une société est en mesure de générer après avoir dépensé l’argent nécessaire pour maintenir ou d’agrandir sa base d’actifs.

S'abonner au blogue

Abonnez-vous pour être informé sur la publication de : *


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.