Blogue Invesco Canada

Perspectives, commentaire et expertise de placement

Kristina Hooper | 24 août 2021

Vu que les cas de COVID augmentent, le président du conseil de la Fed va-t-il aborder le retrait graduel des achats d’actifs?

Boussole hebdomadaire des marchés : La propagation de la COVID mine la confiance des consommateurs et des investisseurs américains. Par contre, les données sur la mobilité demeurent bonnes et la dose de rappel pourrait aider. Qu’est-ce que cela pourrait signifier pour le retrait graduel des achats d’actifs de la Fed? Lisez d’autres articles de Kristina Hooper à ce sujet.

Au cours des dernières semaines, l’idée que la COVID-19 pourrait bientôt être chose du passé a été anéantie par des données récentes.  Des pays comme Israël, que j’ai décrit comme « l’étalon-or » du déploiement de vaccins, et les États-Unis connaissent une flambée des cas d’infection à la COVID-19.

Et, comme je l’ai déjà mentionné, des données publiées par Israël le mois dernier indiquent un déclin croissant de la protection offerte par le vaccin Pfizer au fil du temps : alors que la protection contre l’infection de ceux qui ont été vaccinés en avril était de 75 %, ce chiffre est tombé à 16 % pour ceux qui ont été vaccinés en janvier.1 La bonne nouvelle est que le vaccin est resté très efficace pour protéger contre les complications graves de la maladie.1

Une étude de l’Université d’Oxford publiée la semaine dernière a montré une baisse similaire, mais pas aussi marquée, de l’efficacité des vaccins au fil du temps, bien que cela soit probablement dû au fait que cette étude a été effectuée plus tôt. Le vaccin Pfizer s’est avéré efficace à 92 % pour prévenir l’infection chez les personnes ayant une charge virale élevée deux semaines après la deuxième dose, mais avait diminué à 78 % trois mois après la deuxième dose.2 L’efficacité du vaccin AstraZeneca est tombée de 69 %, chez les personnes ayant une charge virale élevée deux semaines après la deuxième dose, à 61 % trois mois après la deuxième dose.2  

Par conséquent, nous ne devrions pas être surpris par l’augmentation des cas de COVID-19 dans des pays comme Israël et les États-Unis, étant donné qu’ils ont pu vacciner complètement leur population plus tôt que d’autres pays (en particulier Israël).

On a appris la semaine dernière que, pour la première fois depuis février, les États-Unis ont déclaré plus de 900 000 cas hebdomadaires de COVID-19 la semaine dernière.3 Cela illustre bien l’agressivité du variant Delta et la baisse d’efficacité de certains vaccins.

Un coup d’œil sur les statistiques d’un comté des États-Unis, celui de Los Angeles, donne un aperçu de la situation :

  • En mars 2021, les cas d’infection postvaccinale parmi les résidents du comté entièrement vaccinés ne représentaient que 2 % du total des infections du mois.4
  • En juin, lorsque le variant Delta représentait 50 % des infections à COVID dans le comté, les cas d’infection postvaccinale parmi les résidents entièrement vaccinés représentaient 20 % de toutes les infections répertoriées ce mois-là.4
  • Puis, à la fin juillet, lorsque le variant Delta représentait plus de 90 % de toutes les infections, les cas d’infection postvaccinale représentaient 30 % du total des infections.4  

Les données sur la COVID préoccupent les consommateurs américains

La résurgence des cas de COVID-19 a ébranlé la confiance des consommateurs américains. Le résultat préliminaire de l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan pour le mois d’août s’établit à 70,2 points, en forte baisse par rapport aux 81,2 points en juillet.5

La gravité de ce résultat a été mise en lumière par l’économiste en chef de Michigan Surveys : « Au cours des cinquante dernières années, l’indice de confiance n’a enregistré de plus fortes baisses qu’à six reprises, toutes liées à des changements négatifs soudains dans l’économie : les seules baisses plus marquées de l’indice de confiance se sont produites lors de la fermeture de l’économie en avril 2020 (-19,4 %) et au plus fort de la Grande Récession en octobre 2008 (-18,1 %). »5

Ce que je retiens de ce résultat est que les grands titres, en particulier ceux qui portent sur une maladie effrayante et contagieuse que nous connaissons encore si peu, peuvent avoir un impact majeur sur la confiance en un rien de temps. C’est ce qu’on peut constater en analysant les résultats d’un récent sondage de Morning Consult, qui montre que 31 % des Américains considèrent la COVID-19 comme un risque grave pour la santé, contre 21 % il y a à peine un mois.6

Les données sur la mobilité aux États-Unis demeurent bonnes

Cependant, je ne me laisserai pas effrayer par un indice de confiance des consommateurs. Je crois qu’il est beaucoup plus instructif d’examiner les données sur la mobilité. Même si de plus en plus de gens disent qu’ils ont peur de la COVID-19 et qu’ils se sentent moins confiants à l’égard de l’économie, cela ne les a pas empêchés de sortir et d’aller dans les restaurants et les magasins, du moins pas encore.

Les données de Google sur la mobilité aux États-Unis (qui examine une moyenne simple du commerce de détail et des loisirs, des lieux de travail, des stations de transport en commun et des épiceries et pharmacies) ne montre qu’un léger ralentissement au 19 août. Il semble que le seul endroit où la plupart des Américains ne veulent toujours pas aller soit le bureau. Bien sûr, nous allons suivre de près les données sur la mobilité pour voir si les retombées de la COVID-19 ont un impact négatif sur la mobilité dans les semaines à venir. 

La confiance des investisseurs a diminué, mais pour combien de temps?

Les récentes données sur la COVID-19 ont non seulement jeté un voile sur la confiance des consommateurs, mais aussi sur la confiance des investisseurs américains. Au cours de la dernière semaine, le taux des bons du Trésor américain à dix ans a chuté, les principaux indices boursiers américains se sont repliés et les prix du pétrole ont baissé, tandis que l’indice VIX a monté en flèche.

La réalité est que la résurgence de la COVID pourrait provoquer un léger ralentissement économique dans certaines régions du monde, comme ce fut le cas en Chine (bien que cela soit le résultat de plusieurs facteurs, certains sans rapport avec la COVID). Ce pourrait être le cas bientôt au Royaume-Uni, dans la zone euro, au Canada et dans d’autres pays à mesure que l’efficacité des vaccins diminuera.

Cependant, je persiste à croire que cela ne produira que de légers soubresauts aux États-Unis et dans d’autres pays disposés et capables de déployer rapidement des campagnes de vaccination de rappel. En outre, la Food and Drug Administration des États-Unis a annoncé lundi son approbation complète du vaccin Pfizer, qui pourrait être d’une grande aide pour encourager davantage de personnes à se faire vacciner.

Je devrais préciser que ce n’est pas seulement la COVID qui a un impact sur les marchés; c’est aussi le discours auquel de nombreux investisseurs adhèrent, à savoir que la Réserve fédérale américaine (Fed) va amorcer un resserrement lorsque la croissance économique va ralentir en raison de la COVID, frappant l’économie américaine d’un « double coup dur ».

Certes, ce discours a été soutenu par la publication du procès-verbal de la réunion de juillet du Federal Open Market Committee (FOMC), qui a montré que la Fed se dirige rapidement vers un retrait graduel des achats d’actifs dans un proche avenir.

Cependant, nous devons garder à l’esprit que ce qui s’est passé lors de la réunion de juillet était basé sur des données périmées; la situation de la COVID a beaucoup changé depuis. Heureusement, le « faucon » de la Fed et président de la Réserve fédérale de Dallas, Robert Kaplan, a apaisé les craintes du marché vendredi. Il a admis que, même si jusqu’à présent la résurgence des cas de COVID n’a « pas eu un impact majeur, selon les données à haute fréquence, sur les sorties dans les restaurants et les activités des consommateurs », elle a tout de même retardé les plans de retour au bureau et entravé l’embauche de travailleurs en raison des craintes grandissantes d’infection.7

Il a reconnu que la COVID est le « grand impondérable » et promis qu’il surveillerait de près son impact sur l’économie américaine. Il a laissé entendre que, si cela avait un impact majeur sur l’économie américaine, il préconiserait un rajustement des plans de retrait graduel des achats d’actifs. Ce n’est pas rien car M. Kaplan a été le premier à demander à la Fed d’amorcer le retrait graduel des achats d’actifs.

Tous attendent impatiemment l’allocution de M. Powell à Jackson Hole

Ainsi, l’allocution du président du conseil de la Fed Jay Powell à Jackson Hole (prévue pour le 27 août) revêt encore plus d’importance. Certains s’attendent à ce que son allocution porte sur les cryptomonnaies, étant donné les références à ces monnaies dans les derniers procès-verbaux du FOMC et l’élaboration par la Fed d’une monnaie numérique de banque centrale, sujet connexe qui fait l’objet de recherches à la Fed.

Cependant, j’ai bon espoir qu’il parlera aussi du retrait graduel des achats d’actifs. Plus précisément, je m’attends à ce qu’il réitère que le retrait graduel des achats d’actifs est susceptible de se produire bientôt et qu’il aborde les détails.

Bien sûr, j’aimerais vraiment que M. Powell élabore un peu plus sur ce que M. Kaplan a dit la semaine dernière, à savoir que la Fed sera disposée à rajuster les plans de retrait graduel des achats d’actifs en fonction de l’impact de la COVID sur l’économie. Je ne peux pas promettre que son discours sera aussi amusant à regarder que le dernier épisode de « Ted Lasso », mais ce sera certainement une émission de télévision incontournable chez moi; je vais m’installer confortablement avec du pop-corn et tout ce qu’il faut.

1 Source : The Times of Israel, « Israeli, UK data offer mixed signals on vaccine’s potency against Delta strain », 22 juillet 2021

2 Source : Reuters, « British study shows COVID-19 vaccine efficacy wanes under Delta », 19 août 2021

3 Source : Université du Minnesota, Center for Infectious Disease Research and Policy, « US COVID-19 cases back to pre-vaccination levels », 16 août 2021

4 Source : Deadline, « In Los Angeles, Breakthrough Infections Are Now 30% Of All New Covid Cases Amid Delta Surge », 19 août 2021

5 Source : Université du Michigan, « Surveys of Consumers, Preliminary Results for August 2021 »

6 Source : Morning Consult, « The Return to Normal: Views on the Pandemic », 18 août 2021

7 Source : Fox Business, « Fed’s Kaplan watching COVID delta variant ’very carefully,’ may ’adjust’ views », 20 août 2021

Autres blogues de Kristina Hooper

Les marchés cherchent un point d’appui pour escalader le « mur d’inquiétudes »
14 septembre 2021

Destinés à un ralentissement économique? Je dis que l’économie peut affronter la tempête.
8 septembre 2021

M. Powell rassure les marchés en disant que la Fed ne précipitera pas les hausses de taux
31 août 2021

Vu que les cas de COVID augmentent, le président du conseil de la Fed va-t-il aborder le retrait graduel des achats d’actifs?
24 août 2021

La préfiguration de la Fed pourrait aider à éviter un autre « taper tantrum »
17 août 2021

Ce que les commentaires de la Réserve fédérale américaine sur la hausse des taux peuvent signifier pour la reprise économique et les investisseurs
10 août 2021

Coup d’œil sur le repli des valeurs technologiques chinoises
4 août 2021

Le moment est venu de se préparer au prochain repli
27 juillet 2021

La réouverture de l’économie américaine entraîne des pressions inflationnistes et la COVID-19 nuit aux marchés
20 juillet 2021

Perspectives de mi-année : Accélération économique et inflation temporaire en perspective
14 juillet 2021

Pourquoi les taux des bons du Trésor américain sont-ils aussi bas?
13 juillet 2021

Les marchés sont aux aguets alors que les variants altèrent le paysage de la COVID
7 juillet 2021

Les marchés hésitent alors que la Fed signale des hausses de taux plus rapides
22 juin 2021

Pourquoi les investisseurs ont-ils fait fi des plus récents taux d’inflation américains?
15 juin 2021

Des rapports clés illustrent la reprise économique aux États-Unis et en Europe
9 juin 2021

Marchés mondiaux : À surveiller en juin
2 juin 2021

Les déboires des TI pourraient procurer des occasions d’achat à long terme
25 mai 2021

Quatre vérités sur l’inflation et la Fed
18 mai 2021

Le rapport d’avril sur l’emploi n’ébranle pas ma confiance pour 2021
11 mai 2021

Marché boursier en mode « PMH »
4 mai 2021

S'abonner au blogue


Voulez-vous vous abonner an anglais?

Abonnez-vous pour recevoir des courriels d’Invesco Canada Ltée au sujet de ce blogue. Pour vous désabonner, veuillez nous envoyer un courriel à blog@invesco.ca ou communiquez avec nous.

Renseignements importants

NA8079

Image d’en-tête du blogue : Hernandez & Sorokina / Getty

Certaines références se rapportent aux États-Unis et peuvent ne pas s’appliquer au Canada.

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des honoraires de gestion et autres frais. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas indicatif du rendement futur. Veuillez lire le prospectus simplifié avant de faire un placement. Vous pouvez en obtenir des exemplaires auprès de votre conseiller ou d’Invesco Canada Ltée.

Il ne s’agit pas d’une recommandation d’une stratégie de placement ou d’un produit pour un investisseur en particulier. Les investisseurs devraient consulter un professionnel de la finance avant de prendre toute décision de placement.

Tous les placements comportent des risques, y compris le risque de perte.

L’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan est publié mensuellement et repose sur un sondage téléphonique conçu pour analyser les attentes en matière d’économie et de dépenses personnelles des Américains.

L’indice de volatilité du CBOE® (VIX®), l’un des principaux instruments de mesure des attentes de volatilité à court terme, est établi en fonction du prix de levée des options de l’indice S&P 500. VIX est le symbole de téléscripteur de l’indice de volatilité du Chicago Board Options Exchange (CBOE), qui fait état des perspectives de volatilité du marché sur 30 jours.

Le retrait graduel des achats d’actifs désigne la diminution progressive des activités de la banque centrale visant à contrer une piètre conjoncture économique.

Les cryptomonnaies sont des devises numériques qui utilisent la cryptographie pour la sécurité et ne sont pas régies par une autorité centrale, telle qu’une banque centrale.

Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de l’auteure au 23 août 2021. Ces commentaires ne doivent pas être interprétés comme des recommandations, mais comme une illustration des grands thèmes. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants du rendement futur. Ils comportent des risques et des incertitudes et sont fondés sur des hypothèses; nous ne pouvons pas vous garantir que les résultats réels ne différeront pas considérablement de nos attentes.